• Rejoignez-nous sur Google+
  • Flux RSS Flux RSS

Le cybersquatting plus fort que jamais !

Le cybersquatting plus fort que jamais !

Bien que le cybersquatting, cette méthode qui consiste à acheter des noms de domaine connus ou à fort potentiel pour les revendre ensuite très cher, soit un problème presque aussi vieux que le Web. Le phénomène a pris récemment une nouvelle ampleur avec l’arrivée des nouvelles extensions de noms de domaine. Alors qu’en est-il réellement et surtout, comment s’en protéger ?

Des chiffres alarmants en 2016

Si ce problème, pourtant loin d’être nouveau, refait parler de lui, c’est surtout parce que le nombre de plaintes est plus important que jamais en 2016. Comme l’explique cet article de solidnames.fr, l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) a enregistré un peu plus de 3000 plaintes pour cybersquatting en 2016, le plus haut chiffre depuis 2000 et tout de même 10% de plus qu’en 2015.

En ce qui concerne la France, la hausse entre cette année et l’an dernier et de près de 40% avec plus de 450 plaintes déposées, ce qui place notre pays au deuxième rang après les USA. Bien que ces plaintes concernent généralement de grands groupes tels que Michelin ou Accor, on ne peut que constater que le problème est bel et bien présent et qu'il prend de nouveau de l’ampleur depuis la création de nouvelles extensions de noms de domaine.

Créées pour offrir un plus grand choix, coller au mieux à votre identité et apporter une solution concrète au manque de disponibilité des extensions classiques, elles multiplient cependant les risques d’être victimes de cybersquatting comme nous le prouvent les chiffres de l’OMPI.

Comment se protéger ?

Se protéger à 100% du cybersquatting n’est pas simple pour ne pas dire impossible vu le nombre d’extensions de noms de domaines disponibles sur le marché. Qui plus est, même si vous achetiez toutes les extensions existantes pour votre nom de domaine chez un hébergeur, vous ne seriez pas à l’abris d’une tentative de cybersquatting exploitant une erreur de typo.

La première étape pour se protéger est donc d’identifier les plus gros risques, aussi bien au niveau des extensions que des erreurs typographiques, puis d’acquérir ceux-ci. Concrètement, vous réserverez les domaines en .com, ceux des pays et des localités ou vous êtes présent ou exercez votre activité, ceux des pays à fort potentiel de cybersquatting comme la Chine ou la Russie, et les erreurs de typos que vos utilisateurs font le plus souvent. Ceci devrait déjà vous apporter une protection relativement importante.

Bien entendu, n’hésitez pas à utiliser ces noms de domaine pour rediriger vers votre site à l’aide de redirections 301, ce qui viendra également faciliter le travail de l’utilisateur pour arriver sur votre site Web.

Pour d’autres conseils en sécurité sur le Web, consultez simplement notre section consacrée à ce sujet.

Articles sur le même sujet

Laisser un commentaire pour l'article Le cybersquatting plus fort que jamais !

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Pas de commentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire
Sélection logiciels
  • Google Analytics iOS Google Analytics iOS 11 téléchargements

    Google Analytics est un outil statistique destiné aux blogueurs et aux possesseurs de sites Internet. Personnalisez votre application et recevez des...
    Voir le logiciel

  • Screaming Frog Seo Spider Screaming Frog Seo Spider 52 téléchargements

    Ce logiciel SEO va crawler toutes les URL d'un site et en tirer un rapport exploitable par le webmaster afin de corriger les liens entrants,...
    Voir le logiciel

  • Xenu's Link Sleuth Xenu's Link Sleuth 76 téléchargements

    Cet outil SEO gratuit vous permet de tester tous les liens internes d'un site et de vérifier son intégrité. Indispensable dans toute bonne trousse...
    Voir le logiciel