• Rejoignez-nous sur Google+
  • Flux RSS Flux RSS

Nos questions à Yannis Weinbach, directeur marketing chez Blade, le fournisseur d'ordinateurs Shadow

Nos questions à Yannis Weinbach, directeur marketing chez Blade, le fournisseur d'ordinateurs Shadow

"Comment faire de Shadow une marque aussi sympa que ce qu'elle est aujourd'hui ? ", c'est la question à laquelle tâche de répondre Yannis Weinbach, le directeur marketing et communication chez Blade.

Il travaille depuis 1 an et demi sur cet ordinateur super puissant accessible à distance. Très soutenu par la communauté de gamers, Blade installe son ordinateur en ligne dans l'univers du jeu tout en rêvant de nouveaux secteurs pour lesquels adapter Shadow. Nous avons voulu en savoir plus sur cet ordinateur surpuissant. 

"Nos premiers clients sont nos premiers ambassadeurs, c'est grâce à eux que nous vendons autant d'abonnements aujourd'hui."

Présentez-nous Shadow, que proposez-vous comme services ?

"Shadow c'est un ordinateur hyper puissant qui tourne sur le Windows que tout le monde connait. Le principe, c'est de faire tout ce qu'on aime faire sur un ordinateur (travailler, jouer, aller sur Internet, regarder des vidéos, aller sur les réseaux sociaux, etc.) mais en mieux puisque l'ordinateur sera toujours à jour, et sera accessible de n'importe où, sur des applications sur tablettes, sur smartphones,  sur Smart TV, etc., pour un prix extrêmement intéressant. 

 

 Yannis Weinbach

Portrait de Yannis Weinbach 

Pourquoi y a-t-il une communauté aussi active autour de Shadow ? 

C'est très lié au secteur. Le jeu vidéo est une immense communauté, où on retrouve les gens les plus impliqués, les plus engagés... mais aussi ceux qui auront le plus d'attente. Shadow est d'abord un ordinateur très puissant capable de rivaliser avec les meilleurs ordinateurs. C'est pour ça qu'on a choisi comme première cible les gamers, qui sont les gens les plus exigeants.

Notre communauté recommande notre produit et nous aide énormément à le faire évoluer. C'est une de nos plus grandes forces chez Shadow : la communauté. Nos premiers clients sont nos premiers ambassadeurs, c'est grâce à eux que nous vendons autant d'abonnements aujourd'hui.

N'importe quel personne qui a envie d'acheter un ordinateur a presque toujours le même réflexe. Soit elle demande conseil au vendeur, soit elle contacte "son pote geek", qui lui dit qu'il faut acheter cet ordi là. Notre objectif, c'est de convaincre les potes geeks !

"Demain, nous allons montrer que Shadow est beaucoup mieux qu'un ordinateur classique parce que nous allons révolutionner les usages."

Pensez-vous implanter Shadow sur plus de plateformes ? 

L'application fonctionne déjà sur les smart TV Android, on est en train de la développer l'application iOS pour qu'elle fonctionne notamment sur Apple TV. On a évidemment dans l'idée de permettre qu'elle fonctionne sur d'autres smart TV.

Pour les consoles, on se renseigne : nous sommes allés voir des fabricants de consoles. Nous voulons que les utilisateurs aient la meilleure expérience possible. Dans cette logique là, on essaiera toujours d'ajouter d'autres plateformes, de donner plus de compatibilité. 

Certaines fonctionnalités annoncées ne sont toujours pas disponibles, telles que le glisser-déposer de l’ordinateur vers Shadow… Comment améliorer le service ? 

C'est ce qui est génial et qui est une des fonctionnalités de Shadow : notre ordinateur évolue tout le temps. Le glisser-déposer n'est pas encore sorti, nous sommes en train de le développer. Même si ce n'est pas la prochaine fonctionnalité à sortir, elle est dans les cartons. Le fait est que nous avons énormément de développement en cours : nous avons des trucs très sympas qui vont sortir prochainement. 

 

Shadow, l'ordinateur super-puissant dédié aux gamers 

Jusqu'à aujourd'hui, nous avons montré que Shadow était un ordinateur comme les autres, avec la possibilité d'y accéder de n'importe où. Demain, nous allons montrer que Shadow est beaucoup mieux qu'un ordinateur classique parce que nous allons révolutionner les usages.

C'est un peu ce que nous faisons avec Beyond, qui est l'interface sur les applications mobiles. On peut y lancer directement un jeu, on peut accéder directement à ses photos et à sa musique sans passer par l'interface de Windows, qui n'est pas adaptée à l'interface mobile. 

 "On espère toujours que les gens sont raisonnables."

Avec la mise à disposition d’une telle puissance de calcul, comment vous protégez-vous des dérives, comme le minage de cryptomonnaie ?

Comme les fournisseurs d'accès, nous ne sommes pas responsables de ce que les utilisateurs font de leur ordinateur. En revanche, si Hadopi nous envoie un courrier pour un utilisateur, nous allons le transmettre, si Interpol nous contacte et nous indique que tel utilisateur est un terroriste ou un pédophile, nous nous ferons un plaisir d'aider les autorités. 

Le minage de cryptomonnaie est inscrit dans nos CGU depuis le départ : il est interdit de miner sur Shadow. Miner de la cryptomonnaie ça veut dire utiliser la machine 24H/24, et pas de manière raisonnable, puisque la carte graphique va tourner à plein régime. 

Nous ne regardons absolument pas ce que les utilisateurs font, mais quand quelqu'un crypte de la monnaie, c'est très facile à détecter, et il reçoit un avertissement. Mais nous n'avons pas de problème par rapport à ça. 

 

Interface de Shadow adaptée aux tablettes 

On a d'autres dérives plus complexes : certains utilisateurs se servent de Shadow comme seedbox pour envoyer des fichiers en permanence. Là-dessus, on espère toujours que les gens sont raisonnables. Nous n'avons jamais eu encore à bannir quelqu'un pour ça, le problème c'est que si on avait trop de gens qui le faisaient, cela pénaliserait le débit global.

 "Nous avons créé notre propre architecture. Ce sont nos réseaux, nos machines : on n'a pas pris de code ou de technologie qui existait ailleurs." 

Vous venez de proposer votre offre à l’international, la prochaine étape pourrait-elle concerner les professionnels ?      

C'est évidemment ce que nous voulons faire. Nous avons déjà vendu Shadow à des gamers qui l'utilisent de 19h à 2h à peu près : dans un système où l'on mutualise l'informatique et la puissance de calcul, c'est logique d'aller conquérir le marché qui utilisera nos ordinateurs de 9h à 19h. 

Mais nous devons d'abord bien maîtriser notre marché en B to C avant de le faire. C'est aussi pourquoi nous allons faire beaucoup de tests en B to B cette année : distribuer des machines à des petites sociétés voir comment ça se passe, comment gérer le déploiement, le support, les développement nécessaires.

En début d'année 2019, je pense qu'on sera capable d'ouvrir cette offre aux professionnels.

 

Shadow pourrait rejoindre le bureau des professionnels prochainement

Shadow pourrait rejoindre le bureau des professionnels prochainement.  

Comment vous démarquez-vous de la concurrence, que ce soit dans le gaming ou côté professionnel ?   

Nous sommes partenaires avec Nvidia, nous travaillons avec eux quotidiennement (les cartes graphiques de Shadow sont de Nvidia). C'est un service de cloud gaming, il permet d'accéder à un catalogue de jeux via les plateformes des éditeurs, on n'a pas accès à un ordinateur complet, c'est pas du tout la même offre.

En plus, nous avons la particularité d'avoir créé notre propre architecture. Ce sont nos réseaux, nos machines, et nous maîtrisons complètement la partie logicielle également. On n'a pas pris de code ou de technologie qui existait ailleurs. Là-dessus nous sommes très différents. 

Par rapport à VMware ou Citrix, il ne s'agit pas du tout du même usage non plus. Ils n'ont pas du tout la volonté de faire un ordinateur personnel, ils sont plus partis sur le modèle des ordinateurs de société : il y a énormément de limitations par exemple, et les machines ne sont pas basées sur des systèmes hyper performants. 

Chez nous, les éléments qui font une énorme différence, ce sont la latence, et la qualité graphique. Même s'ils mettaient des machines super puissantes avec leur technologie, pour la latence et la qualité graphique, ils ne seraient pas au même stade que nous. 

"Razer est une marque qui nous tient à cœur, on se retrouve très proche au niveau de l'ADN"

Les rumeurs courent que vous avez un partenariat avec Razer. Comment prendra-t-il forme ? 

Sur le CES, nous avons montré que Shadow, sur le Razer Phone, est capable de faire tourner les jeux à 120 FPS : nous arrivons à soutenir un jeu qui vient de sortir comme Wolfenstein 2 sur un smartphone, ce qui est assez impressionnant. On réfléchit à comment mieux intégrer Shadow, comment faire des offres plus intéressantes quand on est déjà client chez Shadow ou Razer. 

 

Razer Phone, partenaire de Shadow

Razer Phone, partenaire de Blade

Razer est une marque qui nous tient à cœur, car ce sont des gens qui ont vraiment la volonté d'avoir une communauté très forte qui aime le gaming. Ils ne font pas ça uniquement pour générer des ventes, ils ont vraiment une philosophie d'innovation et de communauté importante : on se retrouve très proche au niveau de l'ADN. 

Articles sur le même sujet

Laisser un commentaire pour l'article Nos questions à Yannis Weinbach, directeur marketing chez Blade, le fournisseur d'ordinateurs Shadow

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Pas de commentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire
Sélection logiciels
  • Yuka - Scan de produits pour iOS Yuka - Scan de produits pour iOS 0 téléchargement

    Yuka - Scan de produit est une application pratique pour savoir si un produit alimentaire est bon pour la santé ou pas.
    Voir le logiciel

  • Yuka - Scan de produits Yuka - Scan de produits 9 téléchargements

    Yuka - Scan de produits est une application qui vous permet de scanner des produits du quotidien et vous informe ce que contient le produit et s'il...
    Voir le logiciel

  • Airbnb Android Airbnb Android 7 téléchargements

    Airbnb est un service qui met en contact des hôtes et des voyageurs dans le monde entier. Il vous permet de proposer une annonce de logement ou de...
    Voir le logiciel