• Rejoignez-nous sur Google+
  • Flux RSS Flux RSS

Pour vous aider à arrêter de fumer: Applis, cigarettes électroniques et culture Vape!

Pour vous aider à arrêter de fumer: Applis, cigarettes électroniques et culture Vape!

Arrêtez de fumer qu'ils disaient! Mais pour celles et ceux qui ont décidé de laisser tomber le traditionnel clou de cercueil rempli de la feuille de tabac hachée et imbibée d'adjuvants, la chose n'est plus si aisée, puisque la Commission Européenne a adopté une directive qui restreint considérablement le champ d'action des professionnels de la cigarette électronique et empêche la commercialisation de certains produits et matériels et banni toute publicité. Mais alors, quels sont les autres substituts disponibles, autres que les thérapies assistées?

Peut-on arrêter de fumer avec des applications? Non, mais...

Pour arrêter de fumer, il y a les solutions qui fonctionnent plus ou moins (patches, gommes, sevrage assisté...), les solutions alternatives (acupuncture, hypnose, homéopathie...) et le vapotage, qui a également et considérablement transformé les habitudes de certains fumeurs.

Cette solution, au tout début vendue comme un palliatif dégressif de la cigarette, s'est transformée en quelques années en commerce florissant (un marché environ 300 Millions d'Euro en France) pour 2.5 Millions de vapoteurs aujourd'hui.

Il existe deux familles d'applications et logiciels pour arrêter de fumer: Les applications qui vont jouer le rôle de sentinelle et les applications qui aident le fumeur ou le vapoteur à mieux vivre le quotidien. Soyons clair dès le départ, aucun logiciel ne pourra remplacer une thérapie de sevrage efficace et servira au mieux d'appui ou de réconfort durant les moments difficiles.

Les applis ne manquent pas en tout cas...

Des applis comme Kwit, qui gamifie l'arrêt du tabac, ou Quit Now!, qui permet la discussion entre membres, reposent toutes sur le même modèle: Indiquer jours après jours les cigarettes non fumées, l'argent économisé, l'état d'amélioration de la santé et des objectifs à atteindre pour passer au palier suivant.

Si leur efficacité reste à prouver, elles ont au moins le mérite d'exister. Reste que devoir payer pour quelques fonctionnalités ne soit pas des plus motivants. Vous pouvez également essayer Tabac Info Service, l'appli, l'application mobile pensé par l'Assurance Maladie.

Au niveau du Serious Gaming, le futur Smokitten, bientôt disponible sur Android et iOS après une campagne à succès sur Ulule, demeure l'un des rares exemples d'effort de lutte anti-tabac actuel, même s'il s'agit surtout d'un outil de prévention et d'information plutôt que d'une solution. Après, rien ne dit qu'enchaîner les parties d'OverWatch ou de League of Legends dans un espace non-fumeur ne permette pas de diminuer sa consommation...

Pour revenir à la cigarette électronique, le nombre d'applications utiles est déjà plus élevé, même si ici le but est de faciliter son utilisation plutôt que d'encourager à l'arrêt définitif.

La culture Vape a supplanté la santé publique et certaines applications ont beau proposer les mêmes outils de suivi (statistiques sur le nombre de cigarettes évitées, économies réalisées...), la plupart d'entre elles proposent des manuels du petit chimiste, des cartes de boutiques ou des outils de calcul de la loi d'Ohm. Car la culture Vape c'est la culture du Do It Yourself.

Premiers pas avec la cigarette électronique

Un peu d'explications. La cigarette électronique "basique" est composée d'une batterie, d'un réservoir et d'un atomiseur. L'atomiseur est la partie qui chauffe le liquide, et qui possède une résistance.

Les modèles de cigarettes plus élaborés distinguent cette partie selon qu'elle intègre ou non la cartouche, on parle alors de cartomiseur et de clearomiseur. Les réservoirs classiques ont une contenance de 2 ml, tandis que les "tanks" ou plus gros réservoirs contiennent 3 ml ou plus.

Les résistances qui font chauffer le liquide sont enfichées dans l'atomiseur et peuvent être remplacées par simple dévissage. Mais il est possible de fabriquer soit même des résistances pour des atomiseurs dits "reconstructibles", à l'aide d'un plateau, de fil métallique et de fibre textile. Cette opération délicate permet d'utiliser un "MOD", c'est à dire un bloc réglable électroniquement, au mieux de ses capacités.

 

 Crédit photo http://vaping360.com/

Tout cela n'est pas une mince affaire et demande du temps, du doigté et de la patience. D'autant que certains matériels et réglages sont très sensibles et permettent de se lancer dans le "Cloud Chasing", cette pratique qui vise à créer le plus gros nuage de vapeur possible.

Il est parfois conseillé de s'appuyer sur des applications, du moins au début, pour éviter les catastrophes. Car le monde de la Vape est un monde inclusif mais qui demande un minimum d'investissement car peu d'informations circulent sur les bonnes pratiques et les dangers inhérents au vapotage expert.

Il est très facile de cramer du produit, d'endommager une batterie ou une résistance et d'inhaler d'âcres vapeurs de Nickel ou de Titane, ce qui n'est pas spécialement recommandé par les pneumologues.

Les logiciels et applications ( en plus des quelques tutoriels vidéos et des conseils dispensés par un revendeur sympathique) vont permettre aux vapoteurs aventureux de savoir calculer une résistance ou une puissance grâce à la loi d'Ohm, de déterminer la longueur de fil métallique nécessaire à la réalisation du "coil" pour le plateau reconstructible ou de connaître les meilleures recettes de liquide et de moduler leur concentration.

On installera alors des programmes comme Vape Tool, Vape ou Sweet Spot pour accéder à tous ces outils. A l'aide de ces applications, il est possible de suivre sa (non) consommation de nicotine, les économies réalisées et les dépenses en matériel, de connaître le "Sweet Spot", c'est à dire le meilleur rapport entre la puissance et la résistance, quelle quantité de Kanthal utiliser pour réaliser sa résistance ou quel volume de glycérine végétale est nécessaire pour réaliser le clone maison du "Red Astaire".

Interdit aux moins de 18 ans

La cigarette électronique a quitté les pharmacies pour investir tout d'abord les bureaux de tabac, puis des boutiques qui leurs sont dédiées, où l'on se procure non seulement de l'équipement, mais aussi des e-liquides, cocktail de glycérines et d'arômes (et de nicotine), destiné à être vaporisé et inhablé par des poumons accueillants.

Ces fioles colorées contiennent maintenant des mélanges savants, au goût de tabac, mais aussi de fruits, de gâteaux ou de..fromage. Il est même possible d'acheter toutes les bases nécessaires pour faire soi-même son e-liquide.

Mais le but premier, remplacer la cigarette avant son abandon définitif, a changé pour de très nombreux utilisateurs, qui ont troqué la tige en plastique des débuts pour des engins plus élaborés. Arrêter de fumer n'était plus une finalité mais une étape, la vapotage était devenu une culture et un moyen (supposément) moins nocif de remplir ses poumons avec de la fumée (en fait de la vapeur, mais contenant peu d'agents nocifs comme les Nitrosamines et aucune trace de goudron).

Bien entendu, le principe de précaution s'applique au vapotage et si peu d'études sérieuses ont été menées à ce jour, la question intéresse beaucoup les scientifiques, toxicologues et industriels, qui voudraient savoir si l'on tient là le remède contre le tabagisme ou une nouvelle façon de s'empoisonner.

Comme pour tout marché naissant, la manque de régulation a amené à des excès et attiré l'attention de la concurrence, à savoir l'industrie du tabac et amené l'Union Européenne à se pencher sur la question.

Ainsi, effective depuis le 20 mai 2016, la TPD (Tobacco Product Directive), directive européenne parue au Journal Officiel, a considérablement diminué les libertés d'action des e-cigarettiers et des producteurs, qui vont devoir s'adapter et éventuellement se tourner vers des produits plus normalisés. La publicité a également été interdite dans l'espace public et le vapotage banni des transports en communs, établissements de restauration et des bureaux. Eh oui, plus personne ne peut vapoter au travail.

Certains professionnels ont déjà pris des mesures, comme la fermeture de certaines pages et sites, la restriction de boutiques aux seuls professionnels ou membres ou l'arrêt de la distribution de certains e-liquides.

Sociabilisez-vous!

C'est aussi ce qui a entraîné un plus strict contrôle de l'Union Européenne vis à vis de ces composants: La manipulation de Nicotine peut s'avérer dangereuse, sa toxicité cutanée est avérée. Idem pour les résistances trop basses qui demandent plus d'énergie pour fonctionner, ce qui fait chauffer les batteries, d'où risque d'explosion. Cela n'est pas anodin mais reste suffisamment marginal pour ne pas inquiéter les spécialistes.

On se dirige donc vers un modèle encadré et très normé de cigarette électronique, qui fonctionne avec des cartouches jetables (pour éviter les contacts avec le liquide) et qui produit une vapeur de faible densité et sans parfum prononcé.

Ce type de produit, propulsé par l'industrie du tabac elle-même, élimine tout plaisir chez le vapoteur qui recherche de la saveur et/ou à produire du volume. Il est donc normal que les pratiquants se rebiffent et se regroupent, pour échanger leurs meilleurs plans et pour découvrir de nouveaux produits.

Car la vape est une expérience sociale. Il n'est pas facile d'intégrer le club, même si des forums spécialisés permettent d'échanger, les débutants ne sont pas forcément très bien accueillis partout et peu de membres se montrent pédagogues pour expliquer les bases (inutile de compter sur les documentations des cigarettes électroniques ou consacrées aux mauvaises pratiques, elles ne sont que rarement détaillées et encore).

La meilleure solution reste de trouver une boutique ou de se rendre à un apérovape ou une convention et d'échanger avec des passionnés ouverts et accueillants. Certaines enseignes envisagent même de se constituer en club privé pour permettre le vapotage en groupe, dans un espace clos, la dégustation de produits allant certainement être prohibée, signant l'arrêt de mort d'un commerce pourtant bien implanté en France et sur le continent.

Pour se tenir au courant, il existe aussi des applications sociales, type Juice'n Vape, ou Vape Boss, qui lient entre eux les vapoteurs inscrits, mais rien qui ne parvienne à remplacer une recherche locale sur une carte, car certains points de vente sont devenus de véritables clubs de rencontre.

 

Carte des boutiques spécialisées

Toujours est-il que si le vapotage ne constitue pas une porte d'entrée vers le tabagisme, il est considéré comme un tunnel vers la sortie. Peut-être aussi parce qu'il apporte un nouvel environnement à l'ancien fumeur, qui pourra trouver du plaisir dans le partage, la découverte et le DIY, ce qui l'éloignera peut-être définitivement de la cibiche et éventuellement de la nicotine.

Sources et ressources:

http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/05/25/la-cigarette-electronique-comme-outil-de-sevrage_4926373_1651302.html

Le site Addictaide sur les différentes addictions et comment les traiter

L'association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique

 

Articles sur le même sujet

Pas de commentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire

Laisser un commentaire pour l'article Pour vous aider à arrêter de fumer: Applis, cigarettes électroniques et culture Vape!

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Autres langues
Sélection logiciels
  • Freebox Delta - Brochure Tarifaire PDF Freebox Delta - Brochure Tarifaire PDF 21 téléchargements

    Free a mis a jour sa brochure tarifaire après l'annonce de sa nouvelle Freebox, la Freebox Delta
    Voir le logiciel

  • Bien-Être numérique Bien-Être numérique 1 téléchargement

    Google vous présente sa nouvelle application pour smartphones Android: Bien-être numérique ou Well-being, spécialement conçue pour vous aider à...
    Voir le logiciel

  • Les catalogues de Noël 2018 Les catalogues de Noël 2018 23 téléchargements

    Télécharger les catalogues de Noël 2018 plutôt que de les prendre en papier, voilà une mesure qu'elle est bonne pour l'environnement. Plutôt...
    Voir le logiciel