• Rejoignez-nous sur Google+
  • Flux RSS Flux RSS

Sur mobile, PUBG et ses clones rapportent des milliards à leurs éditeurs

Sur mobile, PUBG et ses clones rapportent des milliards à leurs éditeurs

Est-il vraiment nécessaire de présenter PUBG aka PlayerUnknown’s Battleground ? Vous avez forcément entendu parler de ce phénomène vidéoludique qui représente une véritable manne financière pour le concepteur et l'éditeur du jeu, mais pas que. Certains éditeurs qui veulent eux aussi leur part du gâteau, proposent d'ailleurs des clones plutôt convaincants.

PUBG : l’attaque des clones

Les deux éditeurs géants NetEase et Tencent, se livrent une véritable guerre sans merci sur fond de Battle Royale. Conscient de l’extraordinaire potentiel de PUBG sur mobile, Netease avait été le premier à dégainer en publiant à la mi-novembre 2017 3 clones de PUBG : Knives Out, Survivor Royale et Rules of Survival. Ne détenant pas les droits d’exploitation de la licence, NetEase Games avait été contraint de nommer différemment ses trois titres clairement inspirés de PUBG.

A ce jour, les trois opus ont été téléchargés des millions et des millions de fois partout dans le monde. Les deux les plus aboutis Knives Out et Rules of Survival comptabilisent à eux seuls près de 200 millions de téléchargements. Le premier est extrêmement apprécié en Asie tandis que le second fait la joie des joueurs occidentaux.

En dévoilant ses trois clones très tôt et de façon simultanée, NetEase a littéralement coupé l’herbe sous le pied de Tencent qui détient les droits d’exploitation de la licence PUBG. Vous l’aurez compris, le premier protagoniste a fait le pari de la rapidité, pour occuper le terrain quand le second s’est focalisé sur la force de la licence.

Tencent , NetEase : même combat ?

Les deux stratégies que nous avons succinctement décrites ont leur part de risques. La principale problématique de NetEase était de trouver un bon système de monétisation pour ses trois jeux. La firme qui était quasiment partie la fleur au fusil s’est dans un premier temps focalisée sur le recrutement de sa base de joueurs et non sur la façon de générer des revenus.

Avec ses trois jeux Netease a pu tester différents systèmes de monétisation et mécanismes pour inciter les joueurs à revenir. Dans Knives Out, il y a par exemple un système de quêtes et de récompenses quotidiennes  qui n’est pas présent dans Rules of Survival. Infine, L’éditeur a plus ou moins résolu l’équation en proposant des achats In-App tels que des objets et des gachas.

Une stratégie qui semble avoir porté ses fruits. La sortie à la fin de l'année de ses trois jeux a permis à l'entreprise d'enregistrer un chiffre d'affaires de 8,3 milliards de dollars. Cela correspond à une hausse de 41,6 % par rapport à l'exercice précédent. Néanmoins les bénéfices sont en baisse de 7,8 %. Une baisse liée à l'augmentation de frais d'exploitation Marketing et R&D. Et oui, sortir 3 titres coup sur coup, tout en assurant la promo des autres jeux a un coût.

De son côté, Tencent qui a surtout misé sur l'énorme potentiel et la réputation de la licence PUBG a également opté pour la sortie simultanée. Même si leur publication intervient trois mois après la première salve de NetEase, les deux jeux  PUBG Exhilirating Battlefield (PUBGEB) et PUBG Army Attack (PUBGAA) sortis uniquement en Chine séduisent déjà des millions de joueurs (on recensait près de 75 millions de préinscriptions). Si le premier est très proche de la version PC de PUBG, le second est légèrement différent avec des combats dans les airs, sur la mer et bien évidemment sur la terre ferme.

 

Les deux jeux semblent avoir été globalement bien accueilli par les utilisateurs sur iOS et Android à en juger leurs notes respectives sur les différentes plateformes.  La date de la sortie de PUBG Mobile dans le reste du monde n'a pas encore été révélée, mais il faut s'attendre à un véritable raz de marée tant en termes de téléchargements que de revenus pour Tencent.

L'entreprise valorisée à près de 500 milliards de dollars a de toutes les façons les moyens de ses ambitions. Rappelons qu'elle a acheté en 2016 Supercell, qui n'est autre que l'éditeur de jeux à succès tels que Clash Of Clans, Clash Royale et Brawl Stars dont la sortie internationale se fait attendre. D'ailleurs, si ce jeu sort en 2018, cette année sera un très bon cru pour Tencent.

Source

 

Articles sur le même sujet

Laisser un commentaire pour l'article Sur mobile, PUBG et ses clones rapportent des milliards à leurs éditeurs

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Pas de commentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire
Sélection logiciels
  • Yuzu, émulateur Switch Yuzu, émulateur Switch 10 téléchargements

    Yuzu est un émulateur Switch expérimental créé par les mêmes personnes qui ont développé Citra. Il est actuellement en cours de développement...
    Voir le logiciel

  • Metal Gear Survive Metal Gear Survive 0 téléchargement

    Metal Gear Survive, le spin-off de Metal Gear Solid V, arrive sur Steam
    Voir le logiciel

  •  PlayerUnknown's Battlegrounds (PUBG) PlayerUnknown's Battlegrounds (PUBG) 10 téléchargements

    PUBG est un jeu vidéo multijoueurs où, parachuté d'un avion militaire, vous devez affronter les 99 autres joueurs jusqu'à être le dernier.
    Voir le logiciel