• Rejoignez-nous sur Google+
  • Flux RSS Flux RSS

Test antivirus gratuit 2017 : VirusKeeper Free Edition

Test antivirus gratuit 2017 : VirusKeeper Free Edition 2017

VirusKeeper l’antivirus made in France existe désormais en version gratuite. Exit la Collaborative Edition de 3 euros  où l’utilisateur donnait son retour à l’éditeur sur le programme et bonjour la Free Edition. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme et d’attentes que nous avons décidé d’inclure cet antivirus à notre comparatif. VirusKeeper 2017 fait-il le poids face aux ténors du  classement des antivirus gratuits ? C’est ce que nous allons voir tout de suite dans notre test.

Installation de VirusKeeper

L’installation de VirusKeeper est très rapide et tranche radicalement avec celle des concurrents par son aspect très classique. En effet, l’interface de l’installeur est identique en tous points à celle d’un fichier exécutable lambda : pas de publicité pour les autres produits de son éditeur, pas de marque. L’éditeur AxBx semble avoir misé avant tout sur la simplicité. Du moins c’est ce que l’on croit.

En effet, au premier lancement du programme, l’interface nous invite à saisir une clé d’activation gratuite. Eh oui, pour utiliser l’antivirus français, il faut impérativement cliquer sur le lien dédié qui vous emmène sur un site où vous devez saisir nom, prénom et adresse mail pour recevoir ladite clé. Une fois la clé reçue, l’utilisateur est amené à ressaisir son nom, son prénom et à copier/coller la clé fournie en cliquant sur « coller » juste sous le champ dédié : tout un programme !

Interface de VirusKeeper

L’interface de VirusKeeper Free 2017 est exactement la même que celle des éditions payantes (Collaborative Edition 2015 et 2016). Est-ce un choix délibéré de la part de son éditeur pour ne pas bouleverser les habitudes des utilisateurs ?

Le bleu électrique est de rigueur et le design est très classique mais même si l’interface est très austère, elle a au moins le mérite d’être accessible à tous. En lançant le logiciel, l’utilisateur a accès à toutes ses fonctionnalités et il est informé immédiatement de l’état de son système. Il peut naviguer d’un menu à l’autre en passant par le panneau latéral en dégradé de gris.  Une flèche située en haut à droite vous permet de revenir au menu principal. L’utilisateur trouve facilement ce qu’il cherche en à peine quelques clics, VirusKeeper n'est pas une usine à gaz et c'est un bon point. 

Performances

VirusKeeper n’est pas comme vous le voyez, le plus beau des antivirus, mais ce que l'on demande avant tout à un tel programme même gratuit, c’est d’être efficace, pratique et accessible. Voyons donc tout de suite ce qu’il a dans le ventre.

Premier constat, l’analyse en temps réel n’est pas très réactive. L’antivirus bien qu’étant à jour n’a pas détecté les objets malveillants que nous manipulions.

Notre ordinateur de test s’est retrouvé infecté par un banal ver au bout de quelques minutes. Le ver incriminé apparaît même dans l’outil Process Watch de VirusKeeper mais impossible de faire quoi que ce soit pour le stopper puisque l’antivirus ne le détecte pas comme objet malveillant. Nous avons dû utiliser Malwarebytes pour désinfecter la machine et reprendre notre procédure de test...

Une fois notre ordinateur désinfecté, nous avons réalisé une analyse ciblée. Il faut simplement cliquer sur le bouton analyser/scanner pour accéder au type d’analyse de son choix.

Le hic c’est qu’il faut être très patient. Nous avons dû nous y prendre à plusieurs reprises pour lancer une analyse. En effet, il se passe de longues minutes avant que le scan ne démarre et si vous faites le malheur de cliquer sur la fenêtre du logiciel pendant son initialisation, il freeze.

Une fois l’analyse lancée, VirusKeeper a tout de même été capable de détecter des objets malveillants. L’antivirus vous propose de supprimer les fichiers infectés, d’ailleurs vous pourrez également activer la suppression automatique. Malheureusement, il n’a pas été en mesure de détecter tous les objets malveillants que nous lui avons soumis. Le logiciel s’est montré peu efficace en ce qui concerne les fichiers dll corrompus et les archives. Il a tout de même été capable de repérer des fichiers Android malveillants, ce qui est rassurant surtout si vous êtes du genre à brancher votre smartphone à votre pc régulièrement.

VirusKeeper intègre d’autres outils : un gestionnaire de tâches vous permettant d’agir sur les programmes et processus actifs (Process Watch), un module pour gérer les programmes utilisant le réseau ou internet, un autre pour planifier des analyses et enfin un dernier pour générer des rapports d’audit. Vous pourrez également soumettre directement un fichier aux experts de VirusKeeper pour une analyse plus poussée.  Notez que l’utilisateur peut verrouiller l’accès aux paramètres du programme grâce à une fonctionnalité de protection par mot de passe.

Nous avons également testé l’analyse anti-spyware qui s’est montrée plutôt efficace en bloquant l’exécution des toolbars et autres logiciels indésirables se logeant dans les navigateurs. Malheureusement, il reste des traces résiduelles de ces objets qu’il convient de supprimer manuellement.

Viruskeeper impacte très peu les performances de votre machine. Le logiciel est peu gourmand et vous pourrez lancer vos applications habituelles même pendant son analyse. D’ailleurs il est possible de basculer vers les modes Jeux et Eco pour consommer encore moins de ressources.

Quant à la fonctionnalité Security Advisor, elle n’a fonctionné qu’une seule fois. Il s’agit d’une simple fenêtre qui vous conseille sur les actions à mener : lancer une analyse antispyware ou une analyse complète. La fenêtre fermée nous avons tenté de relancer le module mais il ne s’est rien passé. Nous en déduisons que le Security Advisor ne se lance que si l’état du système le requiert. Dommage qu’une boîte de dialogue ou un simple astérisque ne le signale.

Conclusion

Nous ne cacherons pas notre déception vis-à-vis de cette version gratuite de VirusKeeper 2017. Le programme censé agir comme un bouclier n’est pas vraiment réactif hormis en ce qui concerne les toolbars et autres modules indésirables susceptibles d’infecter vos navigateurs. Pour ce qui est de l’analyse, là encore VirusKeeper n’est pas très convaincant. En plus de souffrir de problèmes d’initialisation, l’analyse n’est pas des plus performantes, de nombreuses menaces  passent entre les mailles du filet.

VirusKeeper 2017 Free Edition est tout de même capable de détecter les malwares Android et intègre des outils très intéressants pour un antivirus gratuit. Espérons que l’éditeur corrige au plus vite les défauts du programme pour en faire un challenger digne de ce nom face aux mastodontes du milieu.

Avast! Nitro
Avira Free Security Suite 2017
Panda Free Antivirus Comodo Internet Premium Security

AVG Free Antivirus 2017

ZoneAlarm Free Antivirus + Firewall 2017

360 Total Security

 

VirusKeeper  Free edition  2017

Avast! Antivirus Gratuit 2014 Avira Antivirus Gratuit   avg_logo zonealarm_logo logo_360_total_security
Lire le test > Lire le test > Lire le test > Lire le test > Lire le test > Lire le test > Lire le test > Lire le test >

 

Quel est le meilleur antivirus gratuit ?

 

Articles sur le même sujet

Laisser un commentaire pour l'article Test antivirus gratuit 2017 : VirusKeeper Free Edition

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Pas de commentaires
Soyez le premier à déposer un commentaire
Sélection logiciels
  • Dr. Web CureIt! Dr. Web CureIt! 75 téléchargements

    Dr. Web CureIt ! est un utilitaire conçu pour compléter l’antivirus déjà installé sur votre PC. Celui-ci est capable de scanner votre machine,...
    Voir le logiciel

  • RansomFree RansomFree 117 téléchargements

    Un utilitaire gratuit qui détecte et bloque les ransomwares avant même qu'ils ne chiffrent vos documents et autres données.
    Voir le logiciel

  • Emsisoft Internet Security Emsisoft Internet Security 279 téléchargements

    Une solution de sécurité complète pour protéger efficacement son ordinateur contre les menaces les plus courantes et les plus insidieuses.
    Voir le logiciel