• Flux RSS Flux RSS

Tout ce qu’il faut savoir sur Fuchsia OS, le nouvel OS de Google

Tout ce qu’il faut savoir sur Fuchsia OS, le nouvel OS de Google

Les spéculations se multiplient à propos de Fuchsia OS, le mystérieux système d’exploitation sur lequel planche Google depuis des années. Son projet de développement est open source, son code est par conséquent consultable sur Googlesource.com et Github. Il nous renseigne un peu plus sur le futur système de la pieuvre de Mountain View.

Les premières lignes de code de Fuchsia sont apparues sur la toile au cours de l’été 2016. Fuschia OS est présenté comme le prochain système d’exploitation majeur de Google. Chris McKillop, un haut cadre de l’ingénierie chez Google, doté d’un prestigieux CV (membre de l’équipe derrière l’iPhone chez Apple, mais aussi webOS de LG), affirme que Google travaille sur l’OS depuis 2015. À long terme, il pourrait remplacer Android et Chrome OS. Il s’agirait d’ailleurs d’un système hybride. Ci-dessous, vous trouverez quelques informations essentielles sur Fuchsia OS. De quoi comprendre l'ampleur du phénomène.

Fuchsia OS

Crédits : Google

Fuchsia OS n’est pas développé autour d’un noyau Linux

Contrairement à Chrome OS et à Android, Fuchsia OS ne s’articule pas autour d’un noyau Linux.  Le système d’exploitation est développé sur Zircon. Pour ceux qui s’intéressent à l’aspect technique, il s’agit d’un noyau de système créé par Google. Ce noyau est en mesure de supporter des fonctions basiques et est présenté comme étant léger et rapide. Autour de ce noyau, les développeurs ont rajouté plusieurs « couches » qui sont, en quelque sorte, les fondations de Fuchsia. Ces différentes couches sont organisées de la façon suivante :

  • Zircon : le noyau en charge des communications entre les logiciels et de l’accès au matériel
  • Garnet : cette couche gère des tâches secondaires comme l’installation d’applications ou de pilotes. Garnet intègre par ailleurs un moteur de rendu graphique, un éditeur de texte et le système de mise à jour de Fuchsia.
  • Peridot : cette couche gère les applications ainsi que leur design modulaire. Elle comprend l’intelligence artificielle de l’OS et prend en charge la synchronisation en ligne des données.
  • Topaz : il s’agit de la dernière couche de Fuchsia. Elle correspond à l’interface graphique et gère tout ce qui apparaît au premier plan pour l’utilisateur : le design, les applications natives, l’explorateur de fichiers.

Google Fuchsia OS

Crédits : Google

Une telle organisation simplifie grandement la programmation et l’implémentation de fonctionnalités. Les fabricants d’appareils pourront ainsi modifier, voir remplacer la couche de leur choix par leurs propres couches sans pour autant altérer le fonctionnement de base du système.

Oui, Fuchsia OS supportera les applications Android

L’autre information qui émerge du code de Fuchsia OS, c’est le support des applications Android. Google travaille actuellement sur une nouvelle version d’Android Runtime (un environnement spécifique permettant d’exécuter des applications Android). En rendant possible l’installation d’applications Android sur Fuchsia OS, Google espère faciliter son adoption par les utilisateurs, au moment de sa sortie.

À noter que Fuchsia proposera également son propre package de fichiers .far, à l’instar d’Android avec les fichiers d’installation .apk.

Quels usages pour Fuchsia OS ?

L’OS est toujours en gestation, il est donc trop tôt pour lister l’ensemble de ses usages finaux. Toutefois sa documentation en ligne révèle qu’il pourra être installé sur le Pixelbook, l’ordinateur portable convertible du géant américain. Pour rappel, le Pixelbook tourne actuellement sur Chrome OS.

Fuchsia OS prend également en charge le PC hybride Acer Switch Alpha 12 et le mini-PC NUC Intel. Fuchsia supportera les applications Android. On peut donc imaginer que le système pourra être adapté à tous types d’appareils (box, mobiles, ordinateurs, TV, etc.).  En novembre 2018, un ingénieur de Huawei a révélé que le fabricant chinois testait Fuchsia OS sur le smartphone Honor Play doté d’un processeur Kirin 970.

L’autre information à retenir, c’est que grâce à sa couche Peridot et à son système de stockage distribué entre tous les appareils de l’utilisateur, Fuchsia permettra de sauvegarder automatiquement les applications, actions et fichiers dans le cloud. Ce système permet ainsi d’assurer la continuité de l’expérience utilisateur, quel que soit l’appareil utilisé, via son compte Google.

fuchsia OS smartphone

Crédits : Google

À noter que le développement des applications supportées par Fuchsia se révélera plus facile. De quoi rassurer les développeurs qui ne seront pas obligés de réécrire le code de leur(s) application(s) pour qu’il convienne à un PC, une box, une tablette ou un ordinateur portable.

Il est pour l’heure difficile d’avoir plus de précisions sur les autres fonctionnalités de l’OS, les différentes interfaces utilisateurs étant développées en catimini et non visibles dans le projet open source par le public.

Comment tester Fuchsia OS ?

Fuchsia OS est toujours en cours de développement et nous imaginons mal la publication d’une version stable avant deux, voire trois ans. Ce projet majeur pour Google est déjà bien amorcé, mais il reste encore énormément de travail à la firme, notamment sur le plan de la sécurité et du support des différents appareils.

Il est toutefois possible d’avoir un avant-goût de Fuchsia OS, grâce au remarquable travail de Manuel Filipe Silva Goulão. L’étudiant en ingénierie est parvenu à matérialiser l’OS au sein d’un site web, nous offrant ainsi un aperçu des plus plaisants à travers sa démo.

Fuchsia OS Goulão

Vous pouvez également tester Fuchsia OS sur votre smartphone Android en téléchargeant et en installant l’application Armadillo.

Gardez néanmoins en tête que ces démos ne reflètent pas l’interface finale de Fuchsia, d’autant que l’interface Armadillo utilisée par Goulão et dans l’application mobile éponyme a été abandonnée par Google. Comme souligné plus haut, la firme travaille désormais secrètement sur cette dernière. Nous attendons impatiemment la première version de test de Fuchsia OS.

Source principale : 9to5Google

Articles sur le même sujet

1 commentaire

  • Briotet 04/01/19
  • Cet ensemble de couches spécialisées ressemble étrangement au "moyen système" d'IBM apparu dans les années 70/80 : S38 qui est devenu AS400 puis actuellement iSeries, et toujours en constante évolution.

Laisser un commentaire pour l'article Tout ce qu’il faut savoir sur Fuchsia OS, le nouvel OS de Google

Merci de rester correct et de respecter les différents intervenants.

Sélection logiciels
  • Phoenix OS Phoenix OS 72 téléchargements

    Plutôt que d'installer un émulateur Android sur votre PC, installez directement cet OS qui tourne sous Android SUR votre PC. Résultat, vous faites...
    Voir le logiciel

  • Natural Reader Natural Reader 122 téléchargements

    Un logiciel de transformation de texte en voix qui s'utilise aussi bien de manière ponctuelle que dans un cadre professionnel. Utilisez-le pour...
    Voir le logiciel

  • Tails Tails 92 téléchargements

    Tails "The Amnesic Incognito Live System" est une distribution basée sur Linux dont le but est de fournir un anonymat complet à...
    Voir le logiciel