Après le scandale des fuites de données, Cambridge Analytica fermera ses portes

Publié le

C’est officiel, SCL Group, a déclaré hier par communiqué de presse que ses deux filiales Cambridge Analytica et SCL Elections entamaient une procédure d’insolvabilité pour fermer leurs portes. Dans son annonce, la société met en cause la mauvaise réputation provoquée par de fausses accusations qui ont mené l’entreprise à la faillite. 

Victime de la controverse ? 

Cambridge Analytica s’était fait connaître lorsque Donald Trump lui avait fait confiance lors de sa campagne pour les présidentielles américaine en 2016. L’entreprise est accusée d’avoir collecté, exploité, puis fait fuiter les données de 87 millions d’utilisateurs Facebook, grâce à un quiz dont la réalisation a été sous-traité, et qui a été diffusé à travers sur internet. 

La société revient sur le scandale, affirmant avoir “fait l’objet de nombreuses accusations non fondées et, malgré les efforts de la Société pour corriger le dossier, [avoir] été vilipendée pour des activités qui sont non seulement légales, mais aussi largement acceptées comme une composante standard de la publicité en ligne dans les domaines politique et commercial.” 

Alexander Nix, PDG de Cambridge Analytica

Alexander Nix, PDG de Cambridge Analytica

Le communiqué de presse stipule que cette couverture médiatique a fait fuir la quasi totalité des clients et fournisseurs de l’entreprise. 

Une défense plutôt qu’un mea culpa

Vous l’aurez compris, pas d’excuse ou d’aveux en perspective : l’article cherche plutôt à démontrer que les chefs d’accusation étaient infondés, que ce traitement médiatique était gratuit et qu’il a provoqué la faillite d’une entreprise qui ne faisait rien d’illégal. 

Après avoir évoqué l’enquête à leur encontre, le communiqué se concentre sur les employés de la société. Le rapport de l’enquêteur reflète, d’après lui, “l’étonnement du personnel en regardant les émissions de télévision. Rien de ce qu’ils ont entendu ou lu ne correspondait à ce qu’ils faisaient réellement pour gagner leur vie.

La Cambridge Analytica a souligné que, malgré sa situation financière, l’entreprise comptait bien “remplir pleinement ses obligations envers ses employés” et payer les indemnités et droits de licenciement à son personnel. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet