Attention votre smartphone pourrait bien vous espionner !

Publié le

Avec l’arrivée des smartphones low-cost sur les plateformes de nos web marchands préférés, il n’est plus nécessaire de vendre un rein pour acquérir un smartphone android doté d’un appareil photo potable, d’un écran haute définition et de la 4G. Le problème, c’est que des chercheurs ont récemment découvert que certains de ces  smartphones collectaient et envoyaient des données concernant les utilisateurs vers des serveurs localisés en Chine : rien que ça. Explications :

Payer 60 euros pour se faire espionner

Au cours d’un événement sur la sécurité à Las Vegas, des chercheurs du cabinet  de sécurité Kryptowire ont révélé qu’un logiciel nommé Adups transmettait des données collectées sans le consentement des utilisateurs vers le serveur d’une société basée en Chine, plus précisément à Shangaï.

Selon les analystes de Kryptowire, le logiciel collectait des messages, des listes de contacts, des journaux d’appels, des informations de localisation. Le programme serait même capable de prendre des captures d’écran à l’insu des utilisateurs.

Les spécialistes de sécurité avaient déjà mis en évidence en novembre dernier le logiciel d’espionnage sur le smartphone Blu R1 HD, un téléphone low cost vendu à 60 dollars sur Amazon.

L’entreprise chinoise avait alors indiqué par l’intermédiaire de son avocat qu’il s’agissait d’une « erreur ».  Une erreur réitérée quelques mois plus tard sur d’autres appareils. Blu avait indiqué à l’époque que 120 000 téléphones étaient concernés et que des mises à jour correctrices avaient été déployées.

Malheureusement pour les utilisateurs, les chercheurs de Kryptowire ont mis en évidence le fait que la collecte de données était encore d’actualité sur certains modèles notamment le Blu Advance 5.0.

Amazon a réagi en suspendant purement et simplement les ventes de smartphones Blu mais le fabricant américain n’est pas le seul concerné. En effet, la société Shanghai Adups Technology affirme que son logiciel est présent non seulement sur des smartphones mais aussi sur d’autres appareils connectés.

Un véritable problème pour les utilisateurs

Selon Kryptowire, cette pratique semble très répandue chez les constructeurs de smartphones bas de gamme. Le cabinet de sécurité révèle qu’ils sont pour la plupart équipés d’un chipset Mediatek comportant des vulnérabilités exploitables par des applications espionnes.

Si Mediatek a fait le nécessaire pour mettre à jour ses puces, certains appareils sont toujours vendus avec des versions obsolètes. Alors que faire ?

En tant que consommateurs, malheureusement notre marge de manœuvre est assez faible. Certains utilisateurs opteront pour le boycott de ces smartphones d’entrée de gamme mais ils auront toujours leur public. Le respect de la vie privée dans l’univers des appareils connectés est-il si illusoire ?

 Sources : NYTIMES, ZDNET

Sending
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet