Ces fausses démo de jeux vidéo qui vous arnaquent…

Publié le

Ah, les démos de jeux…Depuis leur apparition vers la fin des années 80, de très nombreux médias les ont utilisés pour promouvoir leurs magazines papier, soit avec une disquette, soit avec un CD, puis un DVD…C’était le bon temps! Vers la fin, des jeux complets étaient même offerts, une pratique qui n’aura pas duré très longtemps et surtout résisté à l’avénement du Free 2 Play et de Steam. Depuis, sur Internet, il est très rare de trouver des démos proposées par les éditeurs ailleurs que sur la plateforme de téléchargement de Valve. Les accès aux versions Alpha et Beta, ainsi que la multiplication des vidéos et des avis utilisateurs auront finalement donné le coup de grâce à cette pratique, pour le plus grand bonheur des profiteurs qui y voient une manne céleste, pour propager des malwares ou pour soutirer de précieux clics publicitaires.

Démos, jeux complets…des occasions irrésistibles

Comme nous en parlions dans l’article consacré aux émulateurs 3DS, il est facile de profiter de l’avidité et de la curiosité des joueurs qui font tout pour posséder le plus de titres différents sans débourser le moindre centime. Tous les moyens sont bons pour récupérer le moindre jeu, le moindre crack, quitte à attraper les perches trop visibles, tendues par nos amis les pros de l’arnaque.

1. Créer l’envie

Vous êtes un gamer et forcément vous vous tenez au courant de l’actualité vidéo-ludique. Vous suivez assidûment les blogs de Laure Manaudou, Antoine de Caunes et la chaîne vidéo de Raphaël Enthoven, comme ça vous ne ratez jamais aucune sortie, aucune preview, aucune image concernant les blockbusters qui sortent dans l’année, ce qui ne manque pas d’alimenter toutes vos conversations amicales.

Alors, si l’on vous propose, avant tout le monde, de vous procurer la démo confidentielle de “the Witcher 3”, de découvrir “Elite:Dangerous” ou de télécharger la version PC de GTA V, quelques mois avant sa sortie officielle, vous n’allez pas passer à côté de l’occasion. Après tout, c’est votre réputation qui est en jeu, tandis que votre compte bancaire n’est pas aussi approvisionné que vous le souhaitiez.

Quelques sites pris au hasard

A partir de là, il est très simple de créer l’envie pour le scammer (arnaqueur): Créer un blog prend quelques minutes à peine, le nourrir de contenus racoleurs quelques heures et s’informer sur les titres “chauds” du moment n’est généralement pas un obstacle. Ainsi, sur les sites que nous avons trouvé (sans trop chercher), les webmasters suivent le calendrier de sortie et s’enorgueuillissent de proposer au téléchargement des démos exclusives, autrement réservées à la presse ou aux salons professionnels (E3, Gamescom, TGS…). Pour les besoins de l’article, nous nous sommes concentrés sur the Witcher 3, repoussé aux calendes grecques, mais pourtant proposé au téléchargement, via une démo de plusieurs Go. Ce titre, très attendu est l’oeuvre de CD Projekt, un éditeur polonais, ce qui aura de l’importance pour la suite…

2. Dupliquer le modèle

Pourquoi faire un seul site lorsque l’on peut les multiplier comme des petits pains? A partir du moment où le fond est créé, il suffit de consacrer son temps à la démultiplication des blogs, ce qui aura comme action d’occuper le terrain rapidement sur certains mots clés très recherchés, comme “démo Witcher 3”, en adoptant des méthodes de référencement agressives et éphémères. Il n’est pas rare de tomber également sur des comptes Facebook bien suivis, évidemment peuplés de faux amis.

La Pologne abrite 3 blogs de ce type sur 4

Nous avons ainsi pu trouver des sites en plusieurs langues, mais redirigeant les visiteurs vers le même endroit, un site en…polonais! Eh oui, car notre petite enquête semble montrer que la Pologne abrite plusieurs adeptes de la méthode, comme le prouvent la localisation des serveurs. Quel est le rapport? A première vue, il n’y en a aucun, si ce n’est que le piratage en Pologne et dans les pays de l’Est atteint des sommets (la crise du rouble ne va pas arranger les choses…), notamment pour les logiciels et jeux vidéos.

3. Le téléchargement: la phase cruciale

Une fois arrivé sur le site, en bon habitué du genre, vous cliquez immédiatement sur le gros bouton jaune bien voyant qui occupe la moitié de l’écran. Vous êtes alors redirigé vers une belle page, perclue de publicités et affichant un compte un rebours qui ralentit votre accession à la démo (ou au jeu complet) tant désiré. Pourtant, vous récupérez le downloader assez rapidement, et en plus votre antivirus ne l’a pas reconnu comme dangereux (bien que cela ne soit pas une norme, cela dépend des sites et des antivirus). Légérement nerveux, vous lancez l’installation de the Witcher 3, la démo que personne ne possède, celle qui a servie à faire toutes ces belles vidéos présentées dans les salons spécialisés.

Des installeurs plus vrais que nature…

Bizarrement, le téléchargement des 6 Go de données ne prend que quelques minutes (les données n’occupent que quelques Mo) et la suite de l’installation passe…par un débridage du logiciel! Nous y voilà! Et là, sans surprises, nous tombons sur les fameux “sondages”, en fait des liens publicitaires qui vous promettent de débloquer le logiciel si vous souscrivez à un abonnement (5€ la semaine environ) pour recevoir jeux ou musiques sur votre smartphone. Nous n’allons pas plus loin, puisqu’il y a peu de chances que le jeu nous arrive après avoir déboursé ce droit d’entrée. Evidemment, ceux qui tombent dans le panneau n’auront nulle part où aller pour porter réclamation…

4. Profit!

Et voilà! Après avoir téléchargé puis installé notre démo (ou jeu “complet”), nous nous retrouvons sans rien, et dans le pire des cas le scammeur aura récupéré une commission sur le service auquel vous vous serez abonné, ce qui vous soulagera de 5 € au passage (par semaine, sinon c’est pas drôle). Vous aurez également pris soin de cliquer sur tous les panneaux publicitaires qui traînent ainsi que tous les boutons, notamment ceux qui cachent un bouton “like” de Facebook. Et comme vous êtes curieux, vous avez voulu savoir si Youtube, Facebook, Twitter, etc, hébergeaient également ce genre de propositions…Eh bien oui! Il est même très facile de le faire sur ces plateformes, puisque cela prend beaucoup moins de temps (mais la concurrence est rude).

Oh zut alors, il faut s’abonner pour débloquer le jeu…

Les autres moyens de se faire avoir

Nous avons vu comment un certain type de scammer opérait: Création de faux sites à la pelle, direction artistique inspirée des sites de téléchargement illégaux, manipulation du visiteur, ersatz d’installeurs…Pourtant, ce type de stratagème n’est qu’une évolution des méthodes utilisées par les escrocs depuis des années. Ainsi, les générateurs de keygen, les cracks, les patches, les cheats, les jeux repackés, les versions alpha fuitées, jusqu’au débloqueur de Steam, tous ont fait les choux gras d’un certain type de hacker ou d’exploiteurs. On trouve encore maintenant une belle concentration de sites qui promettent de débloquer tous les jeux Steam ou Uplay, de générer des devises automatiquement pour ses MMO favoris ou de gagner des crédits ingame en effectuant de menues tâches en contrepartie. Ne vous y trompez pas, la grande majorité de ces annonces sont des fausses, elles servent surtout à attirer les moins avertis d’entre-nous. Et éventuellement à leur nuire.

 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet