Ces publicités sur mobiles vont vous coûter cher

Publié le

A force de traiter des sujets comme les ransomwares, les adwares, les malwares et les arnaques diverses, il arrive que l’on tombe sur des bizarreries qui combinent un peu tous ces sujets d’un coup. Voici donc que la publicité sur mobile et plus précisément sur Android nous offre l’opportunité d’étudier ces annonceurs qui exploitent les lacunes des navigateurs, de l’OS encore jeune et de la naïveté des utilisateurs en s’inspirant des méthodes employées chez les rançongiciels et les adwares. Attention les yeux.

Votre téléphone est infecté

Lorsque l’on visite un site sur mobile, généralement le navigateur utilisé propose la même version que sur ordinateur. Au webmaster de créer une version 100% mobile ou adaptée à la lecture sur des écrans aux dimensions réduites. Mais les régies publicitaires comme les webmasters peuvent sans problème également adapter leur contenu en fonction de ces paramètres. Par exemple, certaines publicités qui n’apparaissent pas sur ordinateur (pop-up, bandeaux…) seront de mise sous Android. De même, les bloqueurs de pub étant bannis officiellement, il est plus facile de blinder son site de pubs qui resteront forcément visibles. Sauf que…

Les annonceurs usent et abusent du peu de contrôle qui est exercé actuellement par les régies sur leur contenu. Ainsi, les sites de téléchargement illégal, et tout ce qui se trouve à la “frontière” est un bon moyen pour pousser des publicités qui font peur, pour les fameux “scarewares”, ces logiciels qui font peur et qui vous incitent très fortement à télécharger, installer et payer leurs produits sous peine de gros problèmes.

Pour info, l’application sensée réparer les problèmes est un économiseur de batteries!

Cette méthode, très en vogue il y a 4 ou 5 ans, est depuis tombée en désuétude, suite au démantèlement de certaines infrastructures et à l’arrivée du ransomware, son digne héritier. Le scareware est propulsé par une publicité qui indique que votre téléphone est infecté ou qu’il souffre de problèmes graves. Après une jolie animation qui montre le scan de votre appareil, le verdict est sans appel: Votre smartphone doit télécharger Floupi Antivirus ou Tchouk-Tchouk Optimizer, d’ailleurs on vous lance le téléchargement, comme ça vous n’avez plus qu’à l’installer merci.

Evidemment, ce genre de produit est soit complètement inutile, soit potentiellement dangereux car il vous réclamera des montagnes d’argent pour fonctionner correctement. Mais, généralement présents sur le Google Play Store, ce sont des applications traditionnelles qui utilisent juste des méthodes douteuses pour se faire une place au soleil.

Message du Ministre des Internets

Après les embêtants mais plus ou moins tolérables publicités invasives indiquant des problèmes de sécurité, il existe des publicités qui se montrent beaucoup plus agressives, envahissantes et fausses qui traînent, notamment sur des sites au contenu adulte, illicite ou pirate. Si de telles publicités peuvent pousser des ransomwares sur Android, elles peuvent aussi, et c’est une nouveauté, IMITER un ransomware. La preuve en image.

Sous le contrôle de Portenawak, avec la participation de la Bullshit Alliance

Comme le montrent ces captures d’écran, des pop-up intrusives surgissent sur l’écran et invitent les internautes à payer immédiatement une amende de 100$ au nom d’un ministère fantôche, à l’aide de moyens de paiement que l’on peut acheter chez “Shopi” ou “Sherpa”. Du grand n’importe quoi, mais qui risque de fonctionner chez toutes les personnes qui, attention les yeux, se sentent coupables d’héberger de la pornographie juvénile ou des images zoophiles! En plus, le message indique que toutes les données du téléphone ont été cryptées et verrouillées, ce qui est faux. Dans tous les cas, aucune instance officielle n’utilise d’avertissement de la sorte et encore moins des modes de paiement en ligne, et les pseudos lois mentionnées n’existent tout simplement pas. Même l’espèce de géolocalisation qui sert à appuyer le message effrayant n’est pas correcte.

Vous ne risquez cependant pas de voir ces messages partout, car ils sont propulsés sur des sites “tendancieux” et sur mobiles tournant sous Android. Mais avec ces méthodes de malfrats et la viralité des méthodes de marketing publicitaire efficace, il ne serait pas étonnant que des régies de plus grande envergure s’en inspirent et délivrent à leur tour des demandes de “rançons volontaires”, diffusées sur des réseaux grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet