Comment éviter les arnaques, les canulars et les virus sur Whatsapp ?

Publié le

Whatsapp et les autres applications de messagerie instantanée connaissent à l’heure actuelle un véritable succès. Nous sommes de plus en plus nombreux à délaisser les classiques Facebook et Twitter au profit de ces applications qui ne cessent d’évoluer (appels vocaux, sécurisation des données par le chiffrement, partage de fichiers…). Comme toutes les applis à succès, Whatsapp a ses copies infectées, ses arnaques et ses canulars. Du petit plaisantin au cybercriminel le plus acharné, nombreuses sont les personnes à profiter de la popularité de l’application pour piéger les utilisateurs.

Les pratiques les plus courantes utilisées pour vous piéger

La dernière grosse arnaque en date « Whatsapp Gold » est l’exemple parfait. Cette soi-disant édition limitée de Whatsapp, utilisée par le gratin hollywoodien vous promettait des fonctionnalités jusque-là inédites : conversations vidéo, suppression automatique des messages en cas d’erreur, possibilité d’envoyer jusqu’à 100 photos simultanément. Génial !! 

Comment fonctionne cette arnaque ? Les victimes reçoivent tout simplement un message Whatsapp qui les invite à télécharger l’application. Au final en cliquant sur l’invitation, les victimes se retrouvent sur un site à télécharger une application malveillante installant des virus sur leur appareil. La technique est rodée, même si vous êtes tenté de cliquer par curiosité, ne vous laissez surtout pas convaincre par le logo photoshopé de Whatsapp.


De nombreux utilisateurs ont également reçu des mails les informant qu’ils ont raté un appel, ou une photo envoyée par un contact. Le mail type contient souvent des pièces jointes ou un lien censé envoyer vers les messages vocaux ou photos, que nenni !  Le lien et les fichiers joints sont infectés. De ce fait, vous risquez d’endommager votre machine et de mettre en péril vos données.

La technique bien qu’utilisée depuis 2013 continue à faire des victimes partout dans le monde

L’autre pratique très répandue, est celle du canular. Là encore, vous recevez un message Whatsapp qui vous promet d’activer des fonctionnalités secrètes (changement de couleurs, appels vidéos) ou vous menace de supprimer votre compte. D’autres vous informent que Whatsapp va devenir payant ou que le service de messagerie éprouve de grave difficultés financières. D’ailleurs dans ces messages il y a une constante : le transfert de message à au moins 10 de ses contacts. Bourrés de fautes, inutiles et trompeurs, ces canulars sont traduits dans plusieurs langues. 

Canular version TF1

 

Et la version France 2 avec la variante du devoir national 

Que faire ? Comment réagir ?

Whatsapp est au courant de ces pratiques et précise sur son site que le message Whatsapp ne fait pas partie de ses canaux de communications. Gardez en tête que si une mise à jour ou un changement survient, vous serez averti par un encart intégré à l’application, comme pour la mise en place du chiffrement de bout en bout :

Jamais vous ne recevrez quelconque demande d’argent ou injonction de la part de Whatsapp. Pour plus de sécurité, inutile de cliquer sur les liens étranges vous promettant monts et merveilles sur Whatsapp.

Il en est de même pour les mails. Whatsapp ne communiquera par mail avec vous que si vous êtes à l’origine de la conversation via leur système de courriel (le bouton contactez-nous dans les paramètres de l’application).

En ce qui concerne les liens reçus par mail ou via Whatsapp, le mieux est d’opter pour la prévention avec une application de sécurité. Les applications de sécurité pour Android sont légion sur Google Play. Notez que pour que votre application soit réellement efficace, il faut qu’elle soit en mesure d’agir en amont. Elle doit donc être capable de détecter les tentatives d’hameçonnage et autres liens malveillants.

Quant aux canulars, il n’y a pas à tergiverser, supprimez purement et simplement ces messages et n’hésitez pas à faire un brin de pédagogie autour de vous.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet