Comment gagner de l’argent en revendant ses données personnelles ?

Publié le

L’exploitation de données personnelles est un débat majeur. Avec la démocratisation d’Internet et des flux d’informations, les données que nous pensions autrefois privées sont en réalité souvent partagées entre de grands groupes publicitaires. Si ces dernières sont souvent anonymisées et regroupées massivement, il n’est pas rare qu’une fuite de données chez un site web provoque leur accès au grand public.

Afin de se réapproprier la valeur de nos données personnelles, plusieurs compagnies ont décidé de redonner aux utilisateurs le choix de monétiser leurs informations. Ces applications vous permettent de répondre à des questionnaires ou à des enquêtes qui concernent votre profil ou vos habitudes de consommation en échange de quelques euros. Quelles sont ces applications et valent-elles réellement le coup ? Chez Logitheque, nous nous sommes posé la question et mis 4 d’entre-elles sur le banc d’essai.

Avant-propos : la collecte et vente de ses données personnelles nécessite d’être majeur numériquement. La majorité numérique en France est fixée à 15 ans. Avant cet âge, il revient aux parents ou tuteur légal de disposer des données de l’enfant.

Avant-propos 2 : vendre vos données personnelles n’est pas sans conséquences. Vous acceptez légalement que des entreprises accèdent aux différentes informations que vous leur fournirez.


Google Opinion Rewards

Disponible depuis 2017, cette application lancée par le géant Google permet à ses utilisateurs de répondre à de courtes enquêtes sur leur profil, leurs opinions ou leur mode de consommation.

Chaque enquête réalisée vous rémunère de quelques centimes d’euros. La somme versée dépend du temps consacré ainsi que de la nature de l’enquête réalisée.

Tous les 3 € obtenus, vous pourrez effectuer le virement de l’argent sur un compte PayPal.

Ces enquêtes peuvent être de plusieurs natures. Elles peuvent aussi bien vous demander vos opinions politiques comme ce que vous pensez d’une chaîne de magasins.

Si le procédé n’est pas rébarbatif et plutôt intéressant, il faudra tout de même répondre à plusieurs dizaines de questionnaires avant d’atteindre le palier des 3 € transférables.

Il n’est aussi pas possible d’enchaîner les enquêtes. En effet, ces dernières sont uniquement disponibles lorsque Google vous les envoie. Il vous faudra donc un certain moment avant de pouvoir transférer vos 3 €.


WeWard

Application française lancée avril 2019, WeWard vous permet de convertir les pas que vous effectuez en euros.

La donnée personnelle concernée ici est votre géolocalisation. L’application va garder en permanence votre position et les pas que vous faîtes afin de les transformer en points (appelés « Watts »).

Vous gagnez un Watt tous les 2500 pas. Il est cependant possible d’en obtenir davantage en vous rendant dans certains magasins partenaires qui peuvent vous octroyer jusqu’à 100 Watts. Pour cela, vous devrez effectuer un achat, prendre un verre ou simplement visiter un lieu.

Tous les 1000 Watts accumulés, il est possible d’obtenir des chèques cadeaux, des bons de réduction ou un virement de 20 €.

S’il peut être assez long de cumuler les 1000 watts visés, ces derniers peuvent s’accumuler de façon naturelle si un magasin proche de chez vous est partenaire de l’application.

Cette dernière peut même vous inciter à découvrir des bars ou lieux d’intérêt, le tout, uniquement en échange de votre position et de vos déplacements.


Facebook Viewpoints

L’entreprise spécialisée dans la fuite de données personnelles dispose aussi de son programme de rémunération.

Facebook Viewpoints vous permet de réaliser des enquêtes et tests produits afin de répondre aux interrogations de l’entreprise Facebook.

A chaque objectif accompli, vous recevrez des points selon votre implication. Les enquêtes sont disponibles de manière plus ou moins régulière selon les besoins de Facebook.

Une fois un total de 1000 points atteint, vous recevrez 5$ pouvant être transférés sur votre compte PayPal.

Facebook Viewpoints est uniquement disponible dans certains pays à commencer par les États-Unis, pour les personnes âgées de plus de 18 ans.

L’entreprise rassure quant à l’utilisation des données collectées : ces dernières ne serviraient qu’à améliorer les applications du groupe et ne seraient pas revendus à des prestataires externes.


TaData

« Ne te fais plus exploiter à sens unique : reprends le contrôle de tes données personnelles ! », voici l’un des nombreux slogans scandés par le site et application TaData.

Destinée aux jeunes de 15 à 25 ans, l’application se présente comme un « coup de pouce » pour les revenus des ados et jeunes adultes.

Son principe est simple : on renseigne ses informations personnelles qui peuvent ensuite être revendues à d’autres entreprises. Pour chaque entreprise désireuse d’acheter nos données, l’application nous rémunère d’un certain montant. Pour l’instant, les données ne concernent que le parcours scolaire et projet professionnel, mais l’application planche déjà sur d’autres thématiques.

Il est aussi possible de glaner quelques euros en remplissant des enquêtes et formulaires directement disponibles dans l’application.

Lancée officiellement fin janvier 2020, TaData regroupe déjà plus de 2000 utilisateurs malgré les polémiques quant à son principe même.


Conclusion

Après avoir vendu l’ensemble de nos informations, répondu à plusieurs questionnaires et marché pendant des kilomètres, nous devrions désormais être bien plus riches ! En réalité, pas vraiment. Si l’on cumule l’ensemble de nos gains sur les 4 applications sur deux semaines, nous arrivons à un peu plus d’un euro.

Et il n’y a rien d’anormal. Ces applications n’entendent pas rémunérer leurs utilisateurs sur une courte utilisation, mais bien les amener à revenir plusieurs fois pour grappiller quelques centimes chaque jour. Il est donc tout à fait possible de gagner de l’argent avec ces applications, mais vous ne devriez pas vous attendre à dépasser les dizaines d’euros par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet