Comment mettre en place un drive pour son commerce ?

Publié le

En 2020, le monde entier a été frappé de plein fouet par une crise sanitaire sans précédent : l’épidémie de coronavirus Sars-Cov-2. Pendant la période confinement, pour limiter la perte économique, certains commerces ont décidé de proposer leurs produits en drive à l’instar des grandes enseignes. Cette alternative temporaire ouvre de nouvelles opportunités, notamment pour les petits commerces. Pourtant, le drive est loin d’être un nouveau concept.

Qu’est-ce que le drive ?

Le concept serait apparu aux États-Unis à la fin des années 1940. Son but est simple : permettre aux clients de passer ou de récupérer une commande sans avoir à sortir de leur véhicule. Dans les années 1980, il connait une véritable explosion, notamment grâces aux enseignes de la restauration rapide. Une quinzaine d’années plus tard, le drive s’étend au secteur de la grande distribution.

En France, les poids lourds du secteur ont progressivement développé leurs solutions qui sont désormais bien ancrées dans le quotidien des français. Alors pourquoi, les commerces les plus modestes ne pourraient pas non plus en profiter ?

Avantages du drive

Voici quelques arguments qui pourraient vous inciter à adopter le modèle du drive :

Satisfaction et fidélisation du client

rue commerçante

Pour les clients, le drive est souvent synonyme de gain de temps et surtout de sérénité. Nous avons d’ailleurs pu le voir pendant le confinement où certains consommateurs ont opté pour cette solution afin d’éviter la cohue dans les magasins.

Le drive peut être enrichi par certaines options telles que la sauvegarde d’un panier pour faciliter les prochaines commandes. Un tel outil participe à l’amélioration de la relation client et surtout à la fidélisation.

Réduction des coûts

Du point de vue du commerçant, le modèle du drive permet de réduire les coûts liés à l’aménagement (décoration, stockage, etc.). S’il s’agit d’un basculement complet en drive, ce modèle permet aussi d’économiser sur la masse salariale. Enfin, n’oublions pas non plus l’absence des coûts de livraison pour le commerçant.

Attirer de nouveaux clients

Le basculement partiel de l’activité en drive a aussi ses avantages. En effet, il permet de capter de nouveaux clients qui, depuis le confort de leur domicile, peuvent commander leurs achats et les récupérer rapidement sans coût supplémentaire.

Comment basculer en drive ?

Si cette stratégie vous tente, sachez qu’il existe différents moyens de la mettre en place. Voici un éventail des solutions qui s’offrent à vous :

Ouvrir une boutique en ligne

Concevoir sa boutique demande du temps et certaines compétences. Toutefois, il n’est pas forcément nécessaire d’avoir des connaissances en développement web pour créer sa boutique. Bon nombre de sociétés proposent des solutions clés en main. En voici quelques-unes.

Ces solutions sont ultra-personnalisables et permettent de communiquer de façon claire aux clients sur les options de retrait des commandes. L’autre avantage de passer par une solution clé en main, c’est qu’elle fournit le plus souvent des outils qui permettent un suivi pointu des stocks : l’un des piliers du drive. En revanche, sur la question du coût, il faudra investir des centaines, voire des milliers d’euros en fonction de votre profil pour créer votre propre boutique.

Les plateformes de mise en relation

Comme nous le disions plus haut, la création d’un site peut s’avérer chronophage et onéreuse. Heureusement, il existe aussi des plateformes de mise en relation entre commerçants et clients. Elles se présentent pour la plupart sous la forme d’applications ou de sites permettant au client de commander en ligne directement chez un commerçant, même lorsque ce dernier ne dispose pas de sa vitrine sur le web. Voici quelques exemples d’initiatives françaises pouvant être utilisées par des commerçants à la recherche d’un moyen simple pour développer leur image digitale :

PUYP

capture d'écran PUYP

PUYP s’adresse aux commerces de proximité. Cette plateforme permet aux clients de passer leurs commandes en ligne auprès des commerçants de leur secteur et de les récupérer en drive.

Le service est gratuit pour le client. Du côté du commerçant, il faudra s’acquitter d’un abonnement à 1 € HT/jour. PUYP prélève également des frais de transaction de 0,35 €HT par commande.

Ces frais de transaction grimpent à 1,8% pour les commandes de plus de 20 €.

Mon petit ecommerce

capture d'écran mon petit ecomemrce

Cette plateforme s’adresse elle aussi aux commerces locaux qui souhaitent se digitaliser.

Si elle met surtout en avant les commerces de bouche, elle conviendra aussi aux artisans, aux fleuristes, ou encore aux réparateurs de téléphone. Un système de livraison à domicile est également proposé.

Winshopping

screenshot Winshopping

Winshopping se distingue des deux autres plateformes citées plus haut par son engagement “anti-gaspillage”.

En effet, Winshopping permet de réduire le stock d’invendus en faisant des offres promotionnelles flash sur certains produits à venir récupérer en drive.

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, il existe pléthore d’options pour mettre en place un drive pour son commerce. Quel que soit votre choix, assurez-vous que le système que vous utiliserez prendra en charge la gestion des stocks en temps réel, la préparation des commandes ainsi que la planification du retrait des commandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet