En quoi cette vidéo de Dieudonné est elle dangereuse?

Publié le

Aujourd’hui, nous allons vous parler d’une pratique très courante chez deux catégories de personnes, les webmarketeurs et les arnaqueurs, qui fonctionne très bien, à savoir le détournement de l’actualité à des fins mercantiles et/ou criminelles. L’efficacité est redoutable, la preuve vous avez cliqué sur le titre de cet article très racoleur…

 

Mise à jour 21/09/2015: Suite à l’affaire du Piggate, nous vous invitons à bien faire attention sur vos profils Facebook et Twitter qui vont très certainement regorger de fausses annonces et scoops trompeurs.

L’appât du lien

Pour commencer, voici le lien vers une fameuse et dangereuse vidéo de Dieudonné

 

Ou pas, puisqu’il suffit d’une image grossière conçue pour “provoquer” le clic. Le lien qui est caché derrière cette image aurait pu être un lien vers n’importe quoi, et notamment des pages suspectes. C’est ce que l’on appelle le “Clic Jacking” ou détournement de clic. Ici, nous avons préféré une application pour le Don du sang, mais nous aurions très bien pu cacher une publicité payée au clic ou un bouton “J’aime” de Facebook ou “+1” de Google. Notez que ce principe est repris par certains annonceurs qui utilisent ce même type d’appat-l’imitation- pour vous faire télécharger n’importe quoi. Vous connaissez certainement:

ou

mais aussi

ou encore

Autant de messages qui vous font croire qu’un problème empêche le bon fonctionnement de votre système, alors qu’il n’en n’est rien…Ces publicités aménent vers le téléchargement de logiciels intrusifs ou publicitaires, mais aussi bien souvent de faux antivirus ou programmes malveillants, beaucoup plus problématiques.

Mais revenons à nos moutons.

Ici, nous avons abordé un sujet d’actualité, brûlant, car c’est un excellent moyen d’attirer l’attention. Nous n’avons pas vocation à faire de la politique et nous gardons nos opinions pour nous mais nous aurions très bien pu prendre comme exemple Julie Gayet

Exemple d’article très racoleur et trompeur surfant sur l’actualité

Ou plus tragiquement Michael Schumacher, qui a dernièrement servi d’appât pour des escrocs sur Facebook. La méthode, éprouvée, mise sur le morbide et la curiosité des internautes. Amy Winehouse, Michael Jackson, Paul Walker…des noms célèbres qui ont servis à promouvoir des vidéos, choquantes mais irrésistibles

 

Les fausses vidéos qui trainent sur Facebook

Au bout de ces liens, aucune vidéo, mais des pages où l’on vous explique qu’il faut télécharger des codecs, ou cliquer sur des publicités pour afficher le contenu…sans oublier le reste, comme les like automatiques ou le suivi d’une page, sans que vous vous en rendiez compte. Le “Social Scam” ou “Arnaque Sociale” est en plein essor, nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détail…

Pour un clic de plus

Qu’est ce que la personne qui émet ces billets a à gagner dans l’histoire? Elle y gagne une chose très importante, à savoir un clic. Un clic, c’est ce qui entraîne des revenus lorsqu’il s’agit d’une publicité. Il permet d’agrandir la communauté lorsqu’il s’agit de partages sur les réseaux sociaux. Et c’est bien souvent ce qui sépare l’utilisateur du malware…Car pour en revenir à la vidéo présentée en sujet, c’est sa non existence qui est dangereuse. La curiosité humaine est ainsi faite, nous avons un besoin maladif de nous intéresser aux sujets sulfureux, voyeuristes, tendancieux. D’où l’envie irrésistible de découvrir et de partager des contenus qui sentent le soufre et qui potentiellement peuvent créer le buzz.

Ne cliquez surtout pas sur ce lien

Et les revenus générés par ces détournements sont colossaux. Imaginez qu’un clic publicitaire rapporte 0.05 € à un webmaster. Imaginez maintenant que la contrefaçon ait engendré 100 000 partages…Et voilà 5 000 € gagnés en quelques minutes. Multipliez cela par plusieurs “campagnes”, plusieurs sites et plusieurs médias et voilà un webmaster beaucoup plus riche que la veille…

Malheureusement, Les solutions pour surfer tranquille n’existent pas, du moins de manière radicale. Vous avez déjà le bon sens, qui est l’outil numéro un pour se prémunir contre les escrocs. Ensuite, vous pouvez toujours installer des bloqueurs de pub, même si on vous conseille de les désactiver sur Logitheque, le site est moins joli sinon. Enfin, vous avez toujours les mêmes logiciels de sécurité, pourvus d’applications de protection, contre l’anti-hameçonnage, la protection des réseaux sociaux, le bouclier anti PUP (programmes intrusifs non désirés) et à peu près tout le reste…

 

A connaître:

Avast! Browser Cleaner Pour nettoyer un navigateur perclu de toolbars, extensions et adwares

Unchecky qui décoche les applications en trop dans les logiciels

Safego conçu pour protéger les réseaux sociaux

 

Comments (3)

  • LeGavé Répondre

    Pas besoin de tous ces procédés… La personne la plus responsable en cas de contamination par un adware/malware c’est l’utilisateur. Certes les toolbar cachés et cochées d’office sont des procédés malhonnêtes. Mais si les gens arrêtaient de cliquer comme des porcs sans lire une ligne ou prétextant qu’ils ne pigent pas l’anglais.. Ces menaces n’auraient pas autant d’impacts.
    Coté faut message sextape et dieudo, idem, les gens ont qu’a regarder les adresses cibles avant de cliquer dessus comme de gros mateurs.
    L’informatique ouvre une porte de chez vous vers le monde entier, si vous n’avez aucune notion d’installation, de sécurité, jetez votre box ou INSTRUISEZ VOUS ou offrez vous 2heures de formation aux bases ! Sinon ne venez pas couiner.
    Heureusement que pour conduire faut passer un permis…

    17 janvier 2014 à 13:20
  • Maryline Répondre

    Et alors ? pour répondre à Clmasse !
    Et alors tant que des pirates s’amuseront à nous polluer la toile nous devons juste redoubler de prudence ! Et alors ? C’est vraiment très idiot comme commentaire !

    16 janvier 2014 à 15:38
  • clmasse Répondre

    Et alors?

    15 janvier 2014 à 21:07

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet