Facebook : diviser pour mieux régner, une stratégie dangereuse ?

Publié le

Le réseau social de Mark Zuckerberg est régulièrement au cœur de l’actualité. En effet, Facebook reste l’un des sites internet les plus visités avec, selon les informations du Journal du Net, plus d’1 milliard d’utilisateurs actifs quotidiens. Forcément, la moindre de ses actions peut entrainer des réactions très fortes de la part de sa communauté d’utilisateurs. Justement, Facebook a pris un virage depuis quelques temps au niveau de son service mobile. L’application native, qui regroupait alors tous les services au même endroit, a commencé à éclater, obligeant les utilisateurs à télécharger d’autres applications pour retrouver certaines fonctionnalités. Mais cette stratégie ne serait-elle pas à double tranchant pour le célèbre réseau social ?

Messenger : le début d’une mésentente avec les utilisateurs

Tout a commencé quand Facebook a souhaité dissocier ses deux fonctionnalités principales : le réseau social à proprement parlé et le service de messagerie instantanée. Pour beaucoup d’utilisateurs, ces deux fonctions étaient étroitement liées. Mais la stratégie de Facebook commençait déjà à se mettre en place : proposer des applications avec une seule fonction. La raison ? Une plus grande rapidité pour l’utilisateur et surtout ne pas surcharger l’application principale dixit le réseau social.

C’est donc à la fin du premier semestre de 2014 que les utilisateurs ont dû télécharger Facebook Messenger s’ils souhaitaient continuer à communiquer avec leurs proches. Cela voulait donc dire une application supplémentaire alors que le réseau social venait de s’offrir WhatsApp quelques semaines plus tôt.

Finalement la pilule aurait pu passer si les utilisateurs avaient trouvé leur intérêt à avoir deux applications plutôt qu’une. Le réseau social vante alors une meilleure vitesse d’affichage et une fluidité globale améliorée. Le problème, c’est que l’application principale conserve ses problèmes mise à jour après mise à jour. Elle pèse lourd dans le système, surtout chez ceux qui ont peu d’espace de stockage, et elle consomme beaucoup de données et de batterie. Et à l’heure actuelle, ces problèmes ne sont toujours pas arrangés que ce soit sur Android ou iOS. Pour preuve, l’éditeur antivirus AVG a dressé un classement des applications les plus datavores et Facebook est régulièrement dans le top 10. Si vous avez un petit forfait internet, c’est une application à utiliser avec parcimonie.

Moments, le cas d’une application inutilisée et d’une communication trompeuse

Le dernier service en date qui va se séparer de l’application principale est Moments. Très peu connu en Europe, c’est une fonction qui permet d’importer automatiquement les photos de votre smartphone sur les serveurs de Facebook afin de pouvoir les partager. Celles-ci apparaissent alors dans des dossiers privés mais l’utilisateur peut, à tout moment, décider d’en publier certaines sur le réseau social.

Facebook a alors annoncé que l’application principale se séparait de cette fonctionnalité. A partir du 7 juillet prochain, les utilisateurs devront passer par Moments, une nouvelle application, s’ils ne veulent pas voir leurs dossiers purement et simplement supprimés. La nouvelle a rapidement été relayée par la presse mais certains n’ont pas véhiculé le bon message.

En effet, les utilisateurs ont pensé que l’ensemble de leurs photos allaient être supprimées. Pire encore, en Europe, l’accès à cette fonctionnalité n’a jamais été activé mais, sous le coup de la confusion, Moments est devenu l’application la plus téléchargée de l’App Store. Comme quoi cette erreur de communication a finalement été bénéfique pour le réseau social: les utilisateurs se sont sentis obligés de la télécharger.

Facebook : une entreprise de plus en plus décriée

En adoptant cette stratégie d’éclatement de services, Facebook occupe un peu plus d’espace sur nos appareils mobiles. Le réseau social est trop gourmand ? En tout cas, il est régulièrement réprimandé pour sa gestion hasardeuse de la vie privée. Oui, Facebook veut en savoir plus sur vous car c’est son fonds de commerce mais il est probable que les utilisateurs finissent par être lassés. Après tout, d’autres acteurs du marché comme Instagram et Snapchat arrivent lui faire de l’ombre. Facebook est-il ringard ? Nous n’irons pas jusque-là, ce sont les utilisateurs qui doivent le décider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet