FIFA 17 : une démo déroutante

Publié le

Les fans de FIFA le savent, la démo de la célèbre simulation de foot est disponible depuis hier soir sur PC, XBOX et Playstation.  Une nuit parfaite pour les footeux qui ont été gâtés avec le retour de la Ligue des Champions. Malheureusement, le lancement de la démo ne s’est pas fait sans heurts, notamment pour les joueurs PS4 qui ont dû composer avec la maintenance du PSN et la lenteur des serveurs. Malgré ces petits tracas nous n’avons pas pu résister à l’envie de faire quelques matches et de découvrir le fameux mode histoire « L’aventure » avec Alex Hunter.  Même s’il s’agit d’une démo, nous avons pu nous faire idée de ce que sera le nouveau FIFA 17. Voici nos premières impressions. 

Le parti pris des coups de pieds arrêtés

Oubliez tout ce que vous savez des frappes enroulées, des combinaisons et des frappes tendues. Les développeurs du jeu ont fait le pari de chambouler toutes nos habitudes en remodelant complètement les phases de coups de pieds arrêtés. Il y a désormais plus de paramètres à prendre en compte. En d’autres termes, tirez une croix sur le caractère intuitif des tirs.

coups francs FIFA 17

Pour les coups francs longs et excentrés par exemple, vous devez contrôler à la fois la course du tireur, la puissance de la balle mais aussi la visée grâce à la cible déplaçable. Quant à la trajectoire de la balle, « tendue » ou « lobée », elle s’ajuste avec le bouton dédié aux centres. En ciblant un joueur ou une zone, vous armez la frappe et vous pouvez prendre le contrôle du joueur ciblé. Attention, ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air.

En effet, la cible n’est pas du tout fixe et vos joueurs entreprennent souvent une valse avec les défenseurs. Il faudra donc être très précis.  Notre ressenti ? Les nouveaux coups francs sont très  déroutants mais après quelques essais,  on ne s’en tire pas trop mal. Ce n’est pas le cas des corners que nous avons trouvés plus difficiles à tirer. Les combinaisons stratégiques devront être répétées des dizaines et des dizaines de fois pour être maitrisées et utilisées en match.

Quant aux penaltys ?! Là encore, oubliez tout ce que vous savez sur la Science du Péno. Vous devez d’abord choisir l’angle de tir, contrôler la course du joueur et ensuite tirer. Les premiers penaltys tirés sont très drôles, entre les balles molles qui peinent à passer la ligne de but, les tirs dans les gradins et les courses bancales des joueurs. Conclusion : il va vous falloir un certain temps d’adaptation pour réaliser des Panenka comme Zidane en 2006 face à l’Italie.

La jouabilité

Premier match, premier choc : la lenteur.  Une impression qui disparaît peu à peu au fil des rencontres. Les joueurs sont un peu plus lourds (la balle aussi), les contacts et les mouvements sont encore plus réalistes et on sent encore une volonté d’EA de pousser à la construction de jeu. Toutefois, les contres peuvent toujours faire mal si vous posséder un bolide de la trempe de Biabiany, de Bale ou de CR7.

On ressent une grande différence entre les temps faibles et les phases d’accélération et de contre, qui, si vous avez du mal en défense vous coûteront très très cher à moins d’avoir un Courtois ou un Buffon dans la cage. Armez-vous donc de bons latéraux (physiques et rapides) pour y faire face.

L’IA est moins hésitante et vos joueurs offensifs réalisent de meilleurs appels : vive les passes dans l’intervalle ! Notez qu’il est possible de faire appel à un coéquipier pour vous épauler en attaque et vous offrir une alternative lorsque vous pensez que les carottes sont cuites. 

Et pour les collisions improbables entre joueur d’une même équipe trop présentes dans FIFA 16 ? Après plusieurs matches, nous n’en avons relevé aucune mais ne nous réjouissons pas trop vite, il ne s’agit que d’une démo.

FIFA 17 sauvé par Alex Hunter ?

Le tant attendu mode histoire de FIFA 17 est bel et bien présent dans la démo. Dans The Journey en VO, baptisé « L’aventure » en français, vous incarnez le jeune Alex Hunter, joueur offensif de Manchester United. Vous devrez batailler sec pour vous faire une place au sein d’un effectif riche Pogba, Martial, Rooney et ZLATAN ! 

A chacune de vos entrées sur la pelouse, vous devrez réaliser des objectifs (obtenir une certaine note, assurer des passes, marquer etc…). 

Vous pouvez faire le choix de contrôler toute l’équipe ou d’incarner Alex. La note est évolutive, plus vous faites les bons choix plus elle augmente. Mais attention à ne pas surjouer, une blessure est vite arrivée.

 

Aïe!

Ce mode est vraiment immersif. Le choix des dialogues définit la personnalité du joueur et a vraisemblablement  une incidence sur la suite de l’histoire et sur votre image (aux yeux du Special One Mourinho, et des fans).

Au final cette aventure est convaincante même si qualitativement certaines cinématiques semblent en dessous de ce que EA nous propose dans les phases de dialogues ou de jeu. Dommage.

Frostbite est impressionnant mais on en veut plus

Le nouveau moteur graphique Frostbite débarque enfin sur FIFA.  Il faut dire que les fans de la simulation commençaient à se lasser des graphismes vieillissants. Cette année, ils sont gâtés. Les pelouses sont magnifiques, les filets sont bien plus réalistes et quant aux gros plans et ralentis, ils sont saisissants. On aperçoit désormais les gouttes de sueurs perler sur le visage des joueurs,  on distingue mieux les cicatrices, les tâches de rousseurs. Il n’y a pas à dire, le Frostbite Engine fait un bien fou au jeu. Néanmoins, ce FIFA 17 n’est pas exempt de défauts graphiques avec des éléments parfois crénelés. https://instalikesfast.com/buy-likes-on-instagram/

Hunter répondant aux journalistes après son premier match

Higuain célébrant un but

Le nouveau design flashy des menus (avant un match) 

Le nouveau design flashy des menus (après un match de L’aventure) 

Conclusion 

Avec ce FIFA 17, ses beaux stades et Alex Hunter, EA nous appâte pour les prochaines saisons Nous nous attendons donc à un rendu encore plus photoréaliste l’année prochaine. EA Sports a pris un véritable pari en réintégrant une cible pour les coups de pieds arrêtés. Un choix jugé rétrograde par certains. Pas de panique, cette cible est désactivable si vous voulez vous en priver.

Sans pour autant sacrifier FIFA, la société canadienne veut toucher un plus large public, rendre son jeu accessible à tous, même aux newbies et joueurs occasionnels. Cette campagne de séduction qui a démarré avec l’arrivée des équipes féminines n’est pas prête de s’arrêter.

Et Ultimate Team dans tout ça ? Avec les nouveaux défis de créations d’équipe et le mode FUT champions, les joueurs s’attendent  à un FUT plus addictif que jamais. Espérons juste qu’EA Sports ne porte pas les frais du marché des transferts à 10 % comme dans FIFA Mobile Soccer

<<< Précédent

SUITE DE NOTRE DOSSIER FIFA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet