Foot en streaming : Telefoot contribue malgré lui à l’essor de l’IPTV illégal

Publié le

La saison de football 2020/2021 est très particulière et pas uniquement à cause des stades vides et du contexte sanitaire. Cette année, un nouvel acteur est venu bousculer un marché où l’on jouait déjà des coudes : celui du foot à la télé. Téléfoot, le service du groupe espagnol Mediapro diffuse désormais 80 % des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2. Il laisse ainsi des miettes aux acteurs déjà en place : Canal+ et BeIN. En plus des championnats français, Téléfoot diffuse les coupes européennes, des compétitions retransmises aussi par RMC Sport. Bref, les fans de football se retrouvent donc avec une offre télévisuelle onéreuse et éclatée (dans tous les sens du terme…). Il suffit de se rendre sur les réseaux sociaux ou de tendre l’oreille au café du coin pour mesurer la colère des footeux. Ces derniers s’orientent de plus en plus vers des solutions illégales pour suivre leurs équipes préférées.

Sommaire

  1. Combien ça coûte de regarder le foot ?
  2. IPTV : des offres très alléchantes fleurissent de partout
  3. Que risque-t-on avec un abonnement IPTV pirate ?
  4. Quelles conséquences pour l’économie du sport ?
  5. IPTV : attention aux dangers périphériques

Combien ça coûte de regarder le foot ?

Tentons de comprendre ce qui pousse les utilisateurs à basculer vers le côté obscur. L’e coût me direz-vous ? C’est un premier point mais est-ce réellement la seule raison ?

Avec la diversification des acteurs et des offres, le téléspectateur est littéralement perdu. Et pour cause, Il devient vraiment compliqué de savoir à quel bouquet s’abonner pour suivre ses équipes et compétitions favorites. A cause de l’éclatement des offres, le coût global grimpe en flèche de façon mécanique.

Ainsi, si vous souhaitez suivre toute la Ligue 1 + la Ligue 2 + les coupes européennes, vous devrez débourser plus de 60 € par mois. Voici le calcul en détail : 25,90€ pour Téléfoot + 19,90 € pour Canal+ et enfin 15 € pour BeIN qui diffuse aussi la Liga. Si en plus vous êtes fan de la Premier League, alors il faudra rajouter 19 € pour avoir RMC Sport.

Prix14,90€ /mois
(Sans engagement Ligue 1 + Ligue 2)

À partir de 25,90€/mois
(Ligue 1+ Ligue 2 + Coupes d’Europe)


19€/mois
(avec engagement)

25€/mois
(sans engagement)


À partir de 19,90€/moisÀ partir de 15€/moisGratuit
S’abonner
Ligue des championsTous les matchsTous les matchs NonNonFinale
Ligue EuropaTous les matchsTous les matchs NonNon
Ligue des NationsNon Non NonNonTF1, M6, L’Equipe
Ligue 18 matchs/journée
(y compris les chocs)
Non2 matchs/journéeNonNon
Ligue 28 matchs/journéeNonNon2 matchs/journéeNon
Premier League NonOuiOuiNonNon
Liga NonNon NonOuiNon
Serie A NonNon NonOui Non
Bundesliga NonNon NonOui Non
Liga NOS NonOuiNonNon Non
Equipe de France Masculine NonNon NonNonOui
Equipe de France Féminine NonNon Non NonOui

Au total, un fan de foot doit débourser environ 80 €/mois pour suivre toutes les compétitions de clubs majeures. Avant Téléfoot, regarder tous ces championnats revenait à moins de 60 € (hors offres groupées). L’arrivée de Mediapro est donc globalement mal vécue par les utilisateurs, d’autant que le service comporte encore quelques bugs.

Un petit florilège de réactions sur Facebook sous des publications de Téléfoot La Chaine du Foot

Pour limiter la fuite des abonnés et aussi permettre à Téléfoot d’être mieux distribué, les acteurs du marché ont dû négocier ardemment. Alors que la Ligue 1 avait déjà repris, Mediapro a fini par trouver un arrangement avec des opérateurs tels que SFR ou Orange.

Toujours est-il que les abonnés Canal ne peuvent toujours pas profiter d’une offre similaire. Au moment même où nous rédigeons cet article, le groupe qui détient la chaîne cryptée assigne Mediapro en justice pour inégalité de traitement. Affaire à suivre…

Quoi qu’il en soit, certains utilisateurs semblent avoir déjà pris leur décision en résiliant leurs abonnements pour adopter l’IPTV.

Des offres très alléchantes fleurissent de partout

La tentation est forte et elle est quasiment partout. Sur les réseaux sociaux, même en dehors des jours de matchs, il n’est pas rare de tomber sur une offre IPTV pirate. Il peut s’agir de contenus publicitaires ciblés sur Facebook et plus encore. Le réseau social de Zuckerberg est également utilisé en tant que plateforme de vente d’abonnements IPTV via Marketplace.

En effet, des utilisateurs revendent des abonnements et des box Android compatibles en publiant des annonces. Il en est de même sur d’autres plateformes populaires telles que Leboncoin ou encore eBay.

Vous trouverez également des sites de boutiques en ligne conçus uniquement pour la distribution de ces produits et des “boîtiers magiques” qui les accompagnent. La plupart du temps, ces revendeurs récupèrent tout l’attirail nécessaire sur des boutiques chinoises telles que Aliexpress ou encore Geekbuying.

Exemple de pack d’outils proposés aux revendeurs sur des boutiques en ligne

L’outil principal proposé aux revendeurs est une console de gestion qui permet d’attribuer des codes ou des appareils IPTV à leurs clients. A chaque fois qu’un utilisateur commande un code à un revendeur, celui ci lui en attribue un unique avec les caractéristiques demandées (durée de l’abonnement, nombre d’appareils utilisables simultanément, types de chaines, etc.).

Ecosystème de l’IPTV – Crédit : EUIPO

Les abonnements annuels sont généralement revendus à environ 45 euros sur la toile. Pour économiser encore plus sur son abonnement, un utilisateur peut également acheter un code personnel directement sur les boutiques chinoises à -50% voire -60 %.

Il est donc possible d’obtenir un code IPTV valable un an comprenant des bouquets TV français et étrangers pour moins de 20 €. Au grand désarroi des groupes tels que Canal+, SFR, Médiapro et consorts, le calcul est vite fait…

Que risque-t-on avec un abonnement IPTV pirate ?

L’IPTV pirate est un gigantesque marché avec des ramifications partout dans le monde, de la Chine, en passant par l’Europe ou les pays du Mahgreb. Sur le vieux continent, il générerait pas moins d’un milliard d’euros par an !

Malgré les coups de filets régulièrement opérés par les autorités, force est de constater que les opérations coups de poings se transforment très souvent en coups d’épée dans l’eau.

Dans un rapport publié en novembre 2019, l’EUIPO (Office de la propriété intellectuelle de l’Union européenne) détaille les moyens mis en œuvre pour lutter contre l’offre IPTV illégale.

En règle générale, les autorités européennes tentent de bloquer des sites et des flux illégaux et de poursuivre de facilitateurs ou des fournisseurs IPTV.

Risquez-vous d’être inquiété si vous souscrivez à un abonnement de ce type ? Techniquement, un FAI peut bloquer des flux suspects, mais dans les faits, ce n’est pas si simple. Il faudrait que le FAI obtienne rapidement les adresses IP des serveurs de diffusion et c’est une autre paire de manches.

Quant à l’utilisateur final, il est en quelque sorte protégé par le RGPD. En effet, selon l’EUIPO, exiger d’un opérateur IPTV qu’il divulgue les informations d’un consommateur pourrait être incompatible avec le droit communautaire. En outre, les transactions entre le revendeur et le client sont souvent anonymes.

En France, c’est l’ARCOM (Autorité de Régulation de la COMmunication audiovisuelle et numérique) qui se chargera de lutter contre l’IPTV pirate, mais aussi le téléchargement direct. Pour rappel, l’ARCOM est le résultat de la fusion entre l’Hadopi et le CSA. Les actions de l’ARCOM ne débuteront qu’en 2021.

En d’autres termes, pour le moment, Christian qui dispose d’une box Android IPTV installée par son petit neveu ne craint pas grand-chose, si ce n’est la coupure du service et les bugs à répétition.

Quelles conséquences pour l’économie du sport ?

L’IPTV illégal menace clairement les chaînes de télévisions payantes. Nous l’avons vu, l’essor du phénomène est étroitement lié à l’éclatement des offres payantes légales, à leur coût mais aussi à la facilité d’accès aux services pirates. Si pour le moment l’usage d’une box IPTV reste marginal, à très long terme, il pourrait déséquilibrer un système entier.

En effet, les droits de diffusion TV représentent une part conséquente des sommes emmagasinées par les clubs de football, les ligues et autres instances sportives. Au vu des milliards d’euros distribués chaque année en droits TV, on peut se dire qu’il y a encore de la marge avant un éventuel effondrement du système. Toutefois, la problématique ne peut plus être prise à la légère tant elle prend de l’ampleur.

Les autorités devront trouver des moyens plus efficaces de lutter contre l’offre illégale. Les groupes de télévision ne pourront plus se contenter des offres groupées et devront certainement repenser profondément les usages et l’expérience utilisateur.

IPTV : Attention aux dangers périphériques

Vous vous en doutez, souscrire à une abonnement IPTV n’est pas sans risques. Les dangers sont multiples, notamment pour les profanes. L’hameçonnage est le premier risque auquel vous vous exposez en tentant d’acheter un code IPTV. Les boutiques de revendeurs ne sont pas toujours sécurisées et dignes de confiance.

Saisir vos coordonnées bancaires sur de tels sites est à proscrire si vous tenez à votre argent. Comme partout sur Internet et encore plus lorsqu’il s’agit de choses illégales, le risque d’arnaque est omniprésent.

Il est en effet difficile de mesurer la fiabilité du produit en se contentant de lire les commentaires d’utilisateurs.

Il n’est pas rare que des revendeurs arnaquent des utilisateurs en récupérant leur argent sans leur envoyer de code IPTV.

Ne négligez pas non plus votre ordinateur/smartphone et les données qui y sont stockées. Comme nous l’avons indiqué plus haut, bien souvent, les fournisseurs proposent leur propre lecteur IPTV qui ne se trouvent pas toujours sur Google Play. Faites preuve de vigilance si vous êtes amenés à télécharger des APK ou des lecteurs sur des sites inconnus. Il peut s’agir d’applications malveillantes donnant accès à toutes vos données. En cas de doute, utilisez le site web virustotal.com pour vérifier la fiabilité d’un site ou des fichiers téléchargés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet