Grindr et OkCupid exploitent les données personnelles de ses utilisateurs

Publié le

Selon un rapport du New York Times, deux applications de rencontres utiliseraient les données personnelles des utilisateurs à des fins commerciales. Il s’agit cependant d’une grave violation de la législation RGPD en Europe.

Grindr et OkCupid sont deux des applications de rencontre les plus téléchargées sur Android. Selon un rapport d’analyse, les deux solutions revendraient plusieurs données personnelles de leurs utilisateurs à des entreprises externes.

Parmi les données concernées, on retrouve principalement les choix de profils (qui avez-vous swipe, à droite ou à gauche), mais aussi la localisation exacte de l’utilisateur. Une donnée d’autant plus importante et gravissime que Grindr est l’application de rencontre gay la plus populaire au monde. Elle est régulièrement pointée du doigt pour son manque de sécurité vis-à-vis de ses utilisateurs et de la communauté gay.

Selon le rapport, les données sensibles vendues par Grindr pourraient même être revendues par la suite à davantage de sociétés externes aux dispositifs de sécurité inconnus. Lors de ses tests avec Grindr, le New York Times a notamment repéré que l’application partageait la position de l’appareil (latitude et longitude) avec 5 entreprises externes.

Grindr n’est pas la seule application concernée. OkCupid, une autre application de rencontre partagerait aussi des informations sensibles sur ses utilisateurs.

L’application permet notamment d’envoyer et de répondre à des questions personnelles comme “quelles sont vos préférences politiques ?” ou “consommez-vous de la drogue ?”. En enquêtant sur l’application, le New York Times a notamment observé que l’application OkCupid était partenaire avec plus de 300 sociétés externes.

Une violation de la loi en Europe

Les applications qui utilisent les données personnelles d’utilisateurs, c’est une chose courante aux US. Mais ce n’est pas le cas en Europe depuis 2018 et l’instauration du RGPD qui permet davantage de contrôles sur les données personnelles des utilisateurs et surtout l’interdiction à la revente de ces dernières par les logiciels et applications (sans en informer les utilisateurs).

Bien que le rapport évoque principalement les versions Android, les applications Grindr et OkCupid sous iOS ne sont pas épargnées. Il est cependant plus difficile d’analyser les données d’applications Apple.

Suite à ces révélations, Grindr a déclaré attendre d’étudier le rapport dans sa globalité avant de s’exprimer à son sujet. Affaire à suivre donc.

Source

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet