Heroes of the Storm: Coup d’oeil sur la Beta

Publié le

Il est toujours épineux de tirer des conclusions en testant la Beta d’un jeu, sauf quand Blizzard est aux commandes. Leur dernier titre en date, Heroes of the Storm, vient de sortir d’Alpha et n’est accessible qu’à une poignée d’élus, dont nous faisons partie. Mais même avec quelques héros et terrains disponibles, ce MOBA est déjà plus stable et animé que beaucoup de jeux commerciaux officiellement achevés.

Tout commence autour du Nexus

Blizzard possède plusieurs licences énormes, mais ne compte pas faire de Heroes of the Storm (HotS) un univers à part entière. Au contraire, le jeu va puiser dans le bestiaire de tous les titres de l’écurie, même anciens, pour enrichir un monde composite qui va ravir les fans de Diablo, Starcraft, Warcraft et…The Lost Vikings?

Des héros bien connus

L’histoire, car il y en a toujours une, justifie la réunification de tous ces “héros” par un mystérieux Nexus, sorte de noeud dimensionnel qui rassemble les meilleurs combattants d’univers différents afin de les confronter et de trouver l’élite de l’élite des guerriers. Ce n’est pas pour rien que ce jeu fut autrefois baptisé “Blizzard All-Stars”, puisque l’on retrouve Uther, Kerrigan, Jim Raynor, Diablo, Tyraël et j’en passe au tableau d’honneur. Pour le moment, tous ne sont pas accessibles et les mises à jours successives permettent de tester quelques nouveaux persos le temps de quelques combats.

Réunion autour du portail

Le tutorial nous met dans la peau de Jim Raynor, le temps de quelques phases de jeu scénarisées, pour se faire à la prise en main, aux objectifs et aux spécificités de chaque carte. Ce n’est qu’après cette phase que les premiers combats d’entraînement peuvent commencer et où l’on découvre les subtilités d’un titre qui se veut plus accessible que League of Legends ou DotA 2.

La patte Blizzard

Les premières parties permettent de prendre la main rapidement et de devenir efficace sur le terrain, même si l’on n’est pas un habitué de ce genre de jeux. Comme Hearthstone, HotS est un titre résolument accessible, aux commandes simplifiées (tout est mis en oeuvre pour se passer du micro-casque) et qui révèle toute sa complexité après avoir assimilé les mécaniques du jeu et dans ce cas précis, du terrain.

Tourelles, portes, puits…des défenses à démolir

Ce sont les héros qui influent sur leur environnement et non l’inverse: Pas de camouflage dans les herbes ni d’événements ponctuels: Ici ce sont les joueurs qui devront soit user de leur facultés, soit participer aux mini-jeux qui surviennent régulièrement. Toute la stratégie s’axe alors sur la résolution ou non des quêtes annexes, qui permettent de diversifier l’expérience et d’assister à des “brawl” dantesques si les deux parties décident de conquérir le même spot.

Les joueurs trop solo sont mal vus…

Si les équipes sont composées de manière classique (5vs5), il faudra pourtant faire preuve d’un sens aigu du team building avant d’entrer en jeu: HotS ne privilégie aucune classe (Tanks, attaques à distance, healers…) mais donne de sérieux avantages aux équipes qui font preuve de synergie. Cela est d’autant plus vrai que les “events” sont très différents selon les cartes et que les récompenses donnent souvent à l’un des héros la possibilité de se transformer en puissante créature pouvant faire basculer une partie. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir la vapeur complétement se retourner si l’une des deux parties néglige de débloquer les aides ou ne réussit pas les challenges. Graines à récolter, autels à conquérir, boss à vaincre ou sous-terrains à nettoyer, l’organisation nécessaire à l’accomplissement des quêtes annexe est sans aucun doute ce qui nécessite le plus d’attention pour les joueurs réguliers.

Pour tous les joueurs

Il est évident qu’avec HotS, Blizzard va encore s’attirer la sympathie du public, notamment des joueurs occasionnels qui ont peur de se frotter, ou qui envisagent, aux MOBA traditionnels. Très accessible et “noob-friendly”, le jeu se joue en coop, en Vs, contre l’IA ou en PVP et ne laisse aucun débutant sur le carreau comme il n’attache aucun boulet au joueur pro venu s’exercer avec sa team.

Si les décors vous rappellent quelque chose…

Même s’il s’agit là d’une Beta fermée, le jeu est quasiment terminé d’un point de vue technique: Pas de ralentissements en partie, des serveurs stables, des menus achevés et un environnement graphique et musical réussis. Seul l’équilibrage des personnages va demander un peu de temps, de même que l’amélioration des rétributions quotidiennes, qui permettent comme dans Hearthstone de gagner de la monnaie après l’accomplissement de certaines conditions. Ici, les récompenses sont encore d’un montant très faible et les tarifs pratiqués pour les achats in-app (en vrai argent) vont faire réfléchir les collectionneurs de personnages.

Des objectifs spécifiques à chaque carte

Dans tous les cas, bien avant la sortie officielle de ce free to play de luxe, on peut d’ores et déjà prédire le succès pour Heroes of the Storm qui s’affiche déjà comme une réussite technique d’une accessibilité indiscutable.

Voir la fiche du jeu

A lire également: Dossier MOBA: tout connaître sur les références du genre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet