Le créateur du World Wide Web lance une action pour réparer Internet

Publié le

Tim Berners-Lee, l’un des principaux fondateur du World Wide Web (www) vient de lancer un “contact pour le web” afin de réparer l’état actuel d’Internet. L’informaticien britannique est épaulé par plusieurs grandes sociétés de l’industrie telles que Facebook ou Microsoft. Selon lui, il nous faut agir dès maintenant avant de finir dans une réelle dystopie virtuelle.

“Nous n’avons pas besoin d’un plan étalé sur 10 ans pour le web, nous devons le modifier dès maintenant” déclare Tim Berners-Lee en s’alarmant sur l’état actuel de l’Internet. L’homme, à l’origine du WWW indique que “les forces qui amènent le web dans une mauvaise direction ont toujours été très puissantes.”

Un contrat en 9 parties

Ce contrat pour le web n’est pas une simple initiative pensée par Tim Berners-Lee. Il repose sur 9 grandes parties déjà rédigées et accessibles à tous :

  1. Tout le monde doit pouvoir se connecter à Internet.
  2. Garder l’ensemble d’Internet accessible, tout le temps.
  3. Respecter et protéger la vie privée et les droits des utilisateurs en ligne.
  4. Rendre Internet accessible et peu coûteux.
  5. Respecter l’intimité des utilisateurs et leurs données personnelles pour construire une confiance en ligne.
  6. Développer des technologies qui supportent ce qu’il y a de mieux en l’Homme.
  7. Être les créateurs et collaborateurs du web.
  8. Construire des communautés fortes qui respectent les droits civils et la dignité humaine.
  9. Se battre pour le web.

En plus de ses 9 grandes parties, le contrat pour le web dispose de 72 clauses permettant de mieux cerner ses objectifs à moyen/long terme.

Un contrat supporté par une grande partie de l’industrie

A peine annoncé, le contrat pour le web bénéficie déjà du soutien de plusieurs grands noms de l’industrie tels que Microsoft, Facebook, Twitter, Google, Reddit et bien d’autres.

Une (petite) partie des entreprises soutenant le contrat du web.

En marge de ces entreprises, les gouvernements de l’Allemagne, du Ghana et de la France ont aussi rejoint le mouvement en manifestant leur soutien au contrat.

Bien qu’une telle action soit louable, il reste assez étrange de voir des entreprises comme Google et Facebook la rejoindre. Ces dernières sont, en effet, assez en contradiction avec les points 3 et 5 du contrat. Gageons que les entreprises prendront de réelles mesure en marge de leur soutien à l’initiative de Tim Berner-Lee.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet