Le cryptojacking ou quand votre PC enrichit les autres à votre insu.

Publié le

Les cryptomonnaies ont le vent en poupe. Plus qu’une simple tendance, elles tendent à devenir de véritables standards de paiement dans un avenir proche. Par conséquent, tout le monde veut sa part du gâteau et se livre une véritable bataille autour du Bitcoin et des autres cryptomonnaies. Certains sites et fournisseurs d’accès à la recherche de nouveaux modèles de rémunération ont d’ailleurs trouvé le moyen de gagner un peu plus d’argent grâce à la pratique du cryptojacking.

Le Cryptojacking : Kézako ?

Le cryptojacking consiste à utiliser la puissance de calcul d’un ordinateur à l’insu de son propriétaire pour extraire des monnaies électroniques. Cette pratique est utilisée depuis des années par des hackers qui mettent au point des versions vérolées de nos logiciels préférés (µTorrent par exemple) qui une fois exécutées, ralentissent considérablement la machine et génèrent des fragments de monnaies virtuelles.

A lire aussi : µtorrent installe un mineur de Bitcoins sans prévenir indiquent certains utilisateurs.

Certains sites utilisent même les programmes de cryptojacking sous la forme de scripts. Ainsi ils vont pouvoir utiliser la puissance de calcul cumulée de l’ensemble des ordinateurs de leurs visiteurs pour “miner” de la cryptomonnaie.

La pratique du cryptojacking permet au site ou au FAI qui l’effectue de générer de la cryptomonnaie à moindre frais. Selon une étude réalisée par Adguard en octobre 2017, sur les 1000 sites web les plus visités au monde, 220 font du cryptojacking. Cela représenterait des revenus à hauteur de 57 000 $/mois.  Est-ce légal ? A l’heure actuelle, ces pratiques ne sont pas interdites, toutefois les sites les plus populaires effectuant du cryptojacking prennent généralement l’initiative d’informer leurs visiteurs. De la transparence contre de la puissance de calcul, c’est un bon deal non ?

Comment se protéger du cryptojacking ?

Il existe heureusement différentes façons de se protéger du cryptojacking. La plupart des éditeurs d’antivirus ont intégré à leurs solutions de sécurité des outils capables d’avertir l’utilisateur et/ou de bloquer les sites dotés de scripts pour le cryptojacking.

Vous pouvez également vous protéger en ajoutant des extensions spécifiques à votre navigateur web qu’il s’agisse de Firefox ou de Chrome (Anti Miner ou No Coin par exemple). A noter qu’Opera intègre depuis peu sa propre fonctionnalité contre le cryptojacking par le biais de son bloqueur de pub intégré.

A lire aussi : quels sont les navigateurs les plus sécurisés

Source : Adguard

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet