Les enjeux des montres connectées

Publié le

Elles sont sur toutes les lèvres à défaut d’être sur tous les poignets, les montres connectées sont en passe de devenir le gadget de l’année et se préparent un avenir radieux si le public suit. Même si des rumeurs de la part d’Apple ont allumé le foyer des spéculations, c’est bien Google qui a mis le feu avec ses annonces durant la conférence Google I/O de la semaine dernière, avec la présentation de modèles utilisant Android Wear.

Montres 2.0

Si les premiers modèles de montres connectées sont apparus ces derniers mois, notamment la Samsung Galaxy Gear, les véritables produits attendus par le public ne sortiront qu’à partir de cet été: La Gear Live, la LG G Watch, la Moto 360…sans oublier les nouvelles versions des Pebble ou les véritables smartphones qui se porte au bras qui vont certainement séduire les déçus des bracelets connectés (les sportifs en somme).

Il faut dire que Google a mis les formes pour mettre en valeur ces produits lors de la conférence et que les fonctionnalités apportées par Android Wear devraient décoincer quelques réticents: Intégration des outils Google Now, Agenda, Google Keep, Navigation…sans oublier la gestion des SMS, de la musique et des statistiques biologiques.
Car le marché émergent des montres connectées vise à engloutir celui des bracelets pour sportifs ou adeptes du Cardio: Nike FuelBand, arrêté depuis, Jawbone, Smartband…sont autant d’objets permettant de recueillir des informations sur la forme physique de son utilisateur. Il serait étonnant que le public reste attaché à ces objets alors que les montres offrent plus de services, pour un prix sensiblement identique, voire moins cher.

Une bataille de marques

Avec ou sans Android, ces montres améliorées vont bientôt être rejointes par la supposée “iWatch” d’Apple, qui sera très certainement uniquement compatible iOS, du moins pour en profiter à 100%. Orientée sports, cette hypothétique montre serait le complément évident pour l’application “Health“, qui a été annoncée récemment par Cupertino. Si on envisage une bataille en règle contre les géants de la téléphonie, ce sont bien Google et Apple qui s’affrontent derrière les différents constructeurs.

Google devrait cependant remporter la partie, du moins dans un premier temps, pour plusieurs raisons. La première étant que les différents produits utilisant Android Wear sortiront bien avant les smartwatches d’Apple. La seconde étant que ce système d’exploitation n’est pas restreint à un seul matériel et que demain des dizaines de marques vont intégrer cet OS à leurs objets. Cependant, Apple pourrait très vite contre-attaquer puisque les adeptes de la marque vont sans hésiter vouloir à tout prix ce nouveau périphérique qui va faire partie de la panoplie idéale de l’Apple user.

C’est bien beau tout ça, mais pour quoi faire?

Si Google et Apple développent chacun de leur côté ce qui pourrait être le futur du gadget, il faut se rendre à l’évidence, ces objets ne sont pour le moment pas très utiles, du moins ils n’ont pas le côté impactants qu’ont eues les tablettes à l’époque. Certes, il est intéressant de piloter son téléphone depuis son poignet mais aucune des actions possibles n’est exclusive à cet endroit de l’anatomie humaine…Sauf pour prendre le Pouls. https://cheapigfollowers.com/buy-instagram-likes/

Et c’est là que tout va se jouer: En apportant des informations en temps réel sur son état de santé (Pouls, activité physique…), les montres vont franchir une barrière que pour le moment les téléphones n’avaient jamais espérés envisager: celle de la physiologie. Ce n’est donc plus l’écran qui est au centre de l’attention ici mais bien le capteur dissimulé à l’arrière de l’appareil. Grâce à lui, le corps est observé, analysé, détaillé et bientôt, la frontière épidermique sera elle aussi traversée. Analyse sanguine, examen oculaire, température corporelle…Ces assistants de jogging vont devenir partie intégrante du corps humain, littérallement, le jour où le besoin de porter un bracelet laissera la place à celui de se faire greffer un assistant personne, directement sous la peaul.
Et pour patienter jusque ces innovations dignes des grands récits d’anticipation, nous aurons déjà pu essayer les lunettes connectées, comme les fameuses Google Glass…

Comment (1)

  • Leclerc Répondre

    Le créateur de Dick Tracy était vraiment en avant de son temps! J’espère vivre encore assez longtemps pour pouvoir utiliser efficacement cette technologie annoncée il y a un siècle. Bon travail.

    1 juillet 2014 à 21:37

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet