Les multiples utilisations de l’application “Yo”

Publié le

Vous en avez certainement entendu parlé, ou alors c’est que vous n’avez pas ouvert un seul site consacré à la technologie ou aux applications depuis le début de la coupe du monde…L’application “Yo”, qui se contente d’envoyer des “Yo” à vos contacts, est en passe de devenir le phénomène du mois de juin-hors Football-grâce à sa supposée inutilité et surtout le million de dollars consacré à son développement. Mais vous ignorez peut-être que ce logiciel pour smartphones est capable de bien plus et semble être même devenu une cible rêvée pour les hackers…

Et par hackers, nous voulons dire toutes celles et ceux qui ont réussi ou vont réussir à améliorer et à trouver des utilisations intelligentes. Pour le moment, l’application a surtout intéressé quelques pirates et, surtout, le presse qui en fait ses choux gras depuis que son créateur, Or Arbel, a réussi à lever plus d’un million de dollars de financement pour développer les fonctionnalités très minimalistes du programme.

Il faut dire que ce poisson d’avril développé en 8 heures n’avait pas la prétention de révolutionner le mobile…mais quand on est une start-up, toutes les occasions sont bonnes (et rares) pour capitaliser sur un succès.

Suivre la coupe du monde, chat aléatoire…

Déjà, il est possible de suivre la Coupe du Monde et recevoir les “Yo” à chaque but marqué: Pour se faire, il suffit de suivre “Worldcup”, un compte se charge de cette importante mais Ô combien éphémère tâche…D’ailleurs cela devrait inspirer les community manager du monde entier, qui pourraient se servir de comptes officiels pour annoncer des promos temporaires, des offres exclusives, des rendez-vous VIP…que sais-je encore? Et tout ça sans traces: il suffit de supprimer l’application pour que tous les échanges de “Yo” disparaissent dans la nature. Cela pourrait être aussi un signal de départ idéal pour coureurs connectés, cambrioleurs éparpillés ou couples adultères…

Autre “hack”, en fait une fonctionnalité cachée, le fait de taper “Yorandom” comme contact envoie un message à un ami aléatoirement. Ce Chatroulette minimaliste pourrait créer un effet de mode si un jour quelqu’un trouve le moyen de pouvoir contacter n’importe quel utilisateur au hasard. Dans le même genre, la commande “Yoall” offre la possibilité de “Yoer” tous ses contacts d’un coup…

Yo? Yo!

Cette forme de communication minimaliste n’était pas à prendre au sérieux, sauf que, dans bien des cas, elle a révélé un besoin de la part du public pour les échanges brefs mais informatifs: D’ailleurs, ce système de notification n’utilise que la connexion Internet (pas de forfait SMS) et résume la profonde vacuité de la majorité des échanges télématique: Si l’on image que les adolescents vont se bombarder de “Yo” jusqu’à la névrose, d’autres vont réellement l’utiliser comme outil de communication gratuit. Un simple “yo” qui indique que l’on est rentré suffit à rassurer un parent.
Un message aussi léger et direct reste un message et peut-être interprété de multiples manières. C’est cette interprétation qui constitue l’enjeu principal pour les satellites gravitant autour de cette applicaiton: Peut-être qu’une idée brillantissime verra le jour et qu’une utilisation extraordinairement intelligente verra le jour d’ici peu mais la phase de conviction doit encore se terminer…

En fait, “Yo” est un révélateur: Abreuvés par les mails à rallonge, les tweets à répétition, les notifications dans tous les sens et j’en passe, l’utilisateur commence à être sans cesse sollicité pour agir puis réagir. “Yo” permet de sauter une étape, celle de l’action (taper un mail de réponse, se connecter à Facebook ou à Twitter…) et de passer directement à la réaction.

Ou bien, tout ceci n’est qu’un vaste coup médiatique bien orchestré qui durera le temps qu’il durera et que cette bulle éclatera dans quelques jours. Peut-être que le mois prochain plus personne n’entendra parler de “Yo” et de sa fonctionnalité sommaire. Et alors? Eh bien cela résume tout l’esprit Start-Up, surtout quand un succès est relayé par Techcrunch (et tous les sites focalisés sur la Silicon Valley): Un produit embrase la toile, les investisseurs sont intéressés, des fonds sont levés et l’aventure commence vraiment…Et peut s’arrêter aussi vite qu’elle a commencé. C’est le jeu…

N’oubliez pas d’essayer Yo, si vous voulez vivre une expérience unique! Pour Android et iOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet