Malgré l’ingérence russe en 2016, Facebook ne bannira pas les publicités politiques

Publié le

On aurait pu s’attendre à plus de fermeté de la part de Facebook, après le scandale lié aux publicités politiques financées par les Russes pendant les élections présidentielles américaines en 2016. Non, Facebook ne supprimera pas ses espaces publicitaires alloués aux publicités politiques. 

Laissez une chance aux petits partis

Après le scandale, Facebook explique dans un communiqué avoir pesé le pour et le contre au fait d’ouvrir les espaces publicitaires sur Facebook aux contenus politiques. L’entreprise en a conclu que refuser purement et simplement que des publicités aux contenus politiques puissent être diffusés sur les espaces de visibilité de la plateforme reviendrait à avantager les grands partis, au détriment des minorités. 

Les bannières politiques ne disparaissent pas, mais vous pourrez savoir qui a payé pour la diffuser.

Les bannières politiques ne disparaissent pas, mais vous pourrez savoir qui a payé pour la diffuser.

En effet, les espaces publicitaires de Facebook étant considéré par l’entreprise elle-même comme relativement peu chers, ils permettent aux petits groupes politiques de bénéficier d’une belle couverture médiatique sans pour autant avoir les budgets de partis majoritaires. 

Sensibilisons les utilisateurs à la politique

En outre, Facebook défend son choix en argumentant que ces encarts publicitaires permettent de sensibiliser les citoyens à la politique, et, pourquoi pas, de les y intéresser. 

Facebook a cependant mis en place un nouveau fonctionnement pour faire preuve d’une plus grande transparence et d’un meilleur contrôle des annonceurs. L’annonce devrait porter la mention “paid for by” : les citoyens pourront ainsi savoir qui diffuse cette annonce, combien elle a coûté, et des informations sur sa diffusion (qui a été atteint par l’annonce, selon quels critères, etc.). 

Vous retrouvez dans le détail les informations liées à la diffusion de l'annonce.

Vous retrouvez dans le détail les informations liées à la diffusion de l’annonce.

En février déjà, le réseau social affirmait que la vérification de la provenance des annonceurs serait renforcée, en espérant que ces efforts, qui semblent bien maigres, seront utiles pour empêcher l’ingérence d’autres Etats lors d’événements aussi importants qu’une élection présidentielle. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet