Microsoft lutte efficacement contre le botnet Citadel

Publié le

Il y a quelques semaines, la firme de Redmond  avouait être en étroite collaboration avec le FBI et avait déclaré la guerre au botnet Citadel. Aujourd’hui, le chiffre de 2 millions de PC libérés de cette menace est avancé par Microsoft qui se félicite de ce résultat probant.
Depuis le début de ce mois de juin, la firme de Redmond ainsi que le FBI mènent continuellement des opérations visant à stopper net l’activité de ce malware Citadel qui est responsable d’importants détournements de fonds auprès des institutions financières. A l’instar des autres botnet, Citadel, une fois installé sur un ordinateur, en fait un PC zombie en s’en servant sans que son propriétaire ne s’en rende compte.
Le chiffre de 5 millions de machines infectées par ce malware est avancé par Microsoft qui indique par la même occasion que son opération lancée début juin aurait permis de libérer 2 millions d’entre elles. Toutefois, ce chiffre est à prendre avec prudence comme l’indique Richard Domingues Boscovich l’avocat adjoint chargé des crimes numériques au sein de Microsoft. De plus, il a indiqué que cette opération aurait été une réussite car ayant permis de détruire en grande majorité les cibles visées dès le début.
Il s’agirait de plus de 1 400 réseaux qui auraient ainsi été anéantis s’agissant pour certains de différents malwares en apparence mais faisant usage dans leur fonction du botnet Citadel. La désactivation des serveurs assurant la commande et le contrôle des machines infectées aurait permis de libérer ces dernières en rompant le lien qui les unissait. Les ordinateurs victimes de ce malware étaient pour la majorité localisés aux USA, à Hong Kong et en Europe.
Cependant, la libération de ces 2 millions de machines ne marque aucunement la fin de la lutte contre Citadel qui contrôle encore des millions de machines pouvant lui générer beaucoup d’argent. A titre de rappel, depuis sa création, ce botnet aurait été à l’origine d’un détournement de près de 500 millions de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet