Nos questions à Bastien Dubuc, country manager chez Avast

Publié le

Bastien Dubuc occupe le poste de country manager chez Avast France. Il est responsable du bon déroulement des opérations commerciales, de communication et de marketing, et se charge d’affiner l’approche d’Avast au marché local pour être au plus près des utilisateurs français.

Il revient avec nous sur le fonctionnement d’Avast et sur les menaces contre lesquelles les antivirus protègent nos appareils. 

“Nous utilisons le machine learning et l’intelligence artificielle pour détecter et contrer les menaces en temps réel.” 

Portrait de Bastien Dubuc, country manager chez Avast France.

Portrait de Bastien Dubuc, country manager chez Avast France.

Pouvez-vous nous présenter Avast ?

  “Avast (LSE : AVST) est un leader mondial en sécurité digitale, avec plus de 400 millions d’utilisateurs sur Internet. L’entreprise offre des produits sous les marques Avast, AVG, CCleaner et HideMyAss qui protègent la vie en ligne des utilisateurs contre les menaces informatiques et celles grandissantes contre les objets connectés, ou qui permettent le nettoyage et l’optimisation des PC.

Nos réseaux de détection des menaces figurent parmi les plus avancés,utilisant le machine learning et l’intelligence artificielle pour détecter et contrer les menaces en temps réel.De plus, les solutions Avast pour ordinateurs, Mac et smartphones font partie des meilleures sur le marché.

Vous avez racheté ces marques justement : AVG, Ccleaner, HideMyAss, Norman, etc. Que comptez-vous faire de leurs technologies ? De quelle manière viennent-elles enrichir vos produits ?  

Les solutions de ces sociétés complètent notre portefeuille de produits et de services pour offrir à nos utilisateurs un plus grand choix d’offres de protection de la vie privée, de sécurité et d’optimisation des appareils.

Toutes nos gammes de produits acquises ont de solides bases de fidèles utilisateurs. Ainsi, les maintenir en tant que lignes de produits indépendantes sous la même marque assure à nos clients le choix ultime des produits qu’ils veulent utiliser, soutenu par la résilience et la technologie éprouvée d’Avast.

Les acquisitions ont également augmenté la base d’utilisateurs Avast, permettant à l’entreprise de voir davantage d’installations de ses produits par ces nouveaux utilisateurs. Cela nous permet en outre de développer chacune de ces activités et d’en faire des leviers de performance.

“Notre force et notre différence reposent à la fois sur notre approche multicouche de la protection et sur notre base d’utilisateurs.”

Windows propose un antivirus gratuit installé par défaut. Comment faites-vous face à cette concurrence ?

Nous travaillons tous avec le même objectif en vue : protéger la vie privée et garantir la confidentialité des personnes sur le Web. Notre force et notre vraie différence par rapport à nos concurrents reposent à la fois sur notre approche multicouche de la protection ainsi que sur notre base d’utilisateurs.

Avast compte plus de 400 millions d’utilisateurs dans le monde entier, ce qui représente selon nous la plus grande base d’utilisateurs pour toute entreprise spécialisée dans la sécurité en ligne.

Cet écosystème d’utilisateurs représente nos yeux et nos oreilles sur le terrain ; ils nous fournissent en effet des signaux d’alerte, très en amont, sur les nouvelles attaques et menaces malveillantes, à tout moment, pour nous aider à les détecter et les neutraliser à la source.

Qu’entendez-vous par une “approche multicouche” pour vos solutions ?

L’antivirus seul n’est pas suffisant, les particuliers et les entreprises ont besoin d’une solution clé en main, qui comprend des pares-feux, la détection d’intrusion, ou encore l’heuristique (soit la recherche et la découverte de nouvelles failles).

Elle doit également intégrer la virtualisation et la sandbox, un espace virtuel permettant à l’utilisateur d’ouvrir des applications et de télécharger des fichiers dans un environnement sécurisé et isolé du reste de son PC. Cet ensemble d’outils est essentiel pour détecter et atténuer la menace des nouveaux logiciels malveillants.

Notre laboratoire de menaces, le « Threat Labs »utilise des technologies évolutives comme le machine learning et l’intelligence artificielle depuis des années pour identifier, capturer et prévenir les attaques qui visent nos clients.

“Nous avions prédit que les cybercriminels chercheraient à tirer parti du nombre croissant d’appareils connectés à la maison et au bureau.”

Il y a quelques temps, les ransomwares étaient les menaces les plus connues. Ces menaces vont-elles perdurer ?

Le ransomware reste une menace majeure. Les auteurs de malwares continuent de développer de nouvelles variantes sophistiquées, soutenues par des techniques standard de marketing et d’ingénierie sociale, afin d’infecter autant d’appareils que possible.

Pour les entreprises, la sauvegarde régulière des données d’entreprise sur des périphériques de stockage secondaires, tels que les disques durs externes, permet d’éviter les temps d’arrêt et les pertes de données.

Mais pour empêcher la survenue d’une infection par ransomware, il est important d’installer un antivirus sur tous les appareils et de mettre en place un processus garantissant la mise à jour immédiate de tous les logiciels lorsque de nouvelles versions sont disponibles. Trop d’entreprises sont victimes d’attaques ransomware en raison de vulnérabilités logicielles et de règles de sécurité obsolètes.

Aujourd’hui, les menaces qui font le plus parler d’elles sont les outils de cryptominage et de cryptojacking. De quoi s’agit-il ?

En ce qui concerne les attaques de cryptomining / cryptojacking, tant qu’il y aura de l’argent à voler, il y aura des cybercriminels prêts à développer des malwares d’extraction de cryptomonnaies.

Il s’agit de l’une des cinq principales menaces que nous voyons en ce moment, et qui commence à migrer des PC, où la puissance de calcul est insuffisante, pour s’en prendre aux téléphones mobiles et à l’Internet des Objets (IoT) pour maximiser les profits.

Les cybercriminels cherchent de plus en plus à tirer parti du nombre croissant d’appareils connectés à la maison et au bureau, en distribuant des logiciels malveillants qui créent un réseau de points d’accès infectés et utilisés pour détruire les cryptomonnaies, ou lancer des attaques de déni de service (DDoS). Nous avions prédit que ce serait l’une des principales menaces en 2018 et cela continue de l’être.

Que comptez-vous proposer pour protéger les objets connectés qui s’invitent dans les bureaux et les maisons ?

En février dernier, à l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone, nous avons annoncé la plateforme Smart Life, que nous lancerons cette année. Elle utilisera l’intelligence artificielle (IA) pour identifier et bloquer les menaces et sera livrée en mode SaaS (Software-as-a-Service) aux prestataires de services et aux clients.

La nouvelle offre permettra aux consommateurs et aux petites entreprises de sécuriser leurs objets connectés, leurs réseaux et leurs données sensibles, que ce soit à la maison, au bureau ou en déplacement.

L’une des offres initiales basées sur la plateforme Smart Life sera Avast Smart Home Security, qui fournira aux consommateurs une protection et une visibilité sur ce qui se passe sur leur réseau domestique.

Vous pouvez également consulter notre interview avec Bastien Dubuc à propos des menaces émergentes et de l’arrivée des objets connectés dans nos foyers. Pour vous renseigner sur les solutions proposées par Avast, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet