Pourquoi vous avez plus de chances de vous faire berner sur Bing que sur Google

Publié le

Si l’on devait établir les différentes parts de marché des moteurs de recherche, il ressortirait que Google, qui domine d’une écrasante majorité, commence à voir sa forteresse érodée au profit des autres moteurs, comme Yahoo!, Bing ou DuckDuckGo. Bon, surtout Bing. Si l’on devait pourtant établir lequel est le moins permissif en terme de sécurité, Google serait toujours devant, car Bing, à cause d’une politique laxiste, affiche énormément de publicités amenant le visiteur vers des adwares.

Et Bing!

Vous le savez, à Logithèque, on n’aime pas beaucoup les adwares, à tel point que nous refusons d’héberger les downloaders et logiciels repackés. Quoi qu’il en soit, il est très facile de se faire avoir, en téléchargeant un logiciel depuis un site “bizarre”, ou en faisant confiance à une publicité.

Vous le savez peut-être, mais Mozilla et Google avaient un accord: Google aidait Mozilla et en contrepartie Firefox avait le moteur de recherche de Google par défaut, à la fois dans la searchbox mais également dans la barre d’url et en page d’accueil. Cet accord rompu, les américains et prochainement les européens vont voir apparaître comme moteur par défaut celui de Yahoo!, utilisant la technologie Bing, le moteur de Microsoft.

Or, il s’avère que Bing et Google gèrent différemment les publicités dans les pages de recherche. Si la ferme de Mountain View a mis en place des règles drastiques concernant l’utilisation de certains mots clés dans ses adwords, le moteur de Microsoft est, quant à lui, plus permissif (alors que sur le papier, c’est l’inverse, Bing  propose le blocage complet de l’achat d’une marque).

Par exemple, je suis un concurrent de la marque Kaspersky et je décide d’acheter le mot clé “Kaspersky”, pour renvoyer les visiteurs vers mon site. Cette pratique est formellement interdite et le propriétaire de la marque peut se retourner contre moi. Sur Bing, les faits montrent que n’importe qui peut faire n’importe quoi et pour une bonne raison: Avec aussi peu de visibilité, Bing n’est pas un moteur très intéressant pour les annonceurs.

Quelques exemples

Si je tape “VLC” dans Google, j’obtiens une page de recherche sans publicités. Cela peut arriver qu’il y ait des annonceurs, mais aujourd’hui ils se sont faits portés pâle.

Sur Bing, en revanche…

On remarque que les résultats encadrés correspondent aux annonces. Difficile à croire qu’un logiciel gratuit attire autant les annonceurs et pourtant! Le marché est assez juteux puisque si l’annonceur débourse quelques centimes d’euros à chaque clic sur ses annonces, une seule installation peut lui rapporter une dizaine d’euros, voire plus!

Les publicités renvoient vers des sites bâtis sur le même modèle: Téléchargez le logiciel, installez le et c’est tout! Si au passage vous payez 13 € en SMS pour récupérer les codes d’installation ou si vous installez des adwares, c’est vous que ça regarde, puisque tous les disclaimers sont clairs: Les sites n’ont aucun partenariat avec les logiciels qu’ils proposent.

Bien sûr, nous avons tapé VLC, mais cela fonctionne avec quasiment tous les logiciels connus: Kaspersky, Avast, Photoshop, CCleaner…

Nous avons une préfèrence toute particulière pour un site, qui simule l’installation du logiciel dans sa fenêtre (il fallait y penser), jusqu’à l’invitation à renseigner un code reçu par SMS, payant bien évidemment.

Notez au passage que la recherche portait sur VLC, et non Windows Media Player…Je ne parle même pas des sites qui sont cassés ou qui ne sont pas mis à jour.

Le véritable gros risque reste bien sûr de récupérer sur son ordinateur une foultitude de logiciels non désirés, accompagnés bien souvent d’une série de changement dans le système.

Les résultats de recherche naturelle eux, semblent répondre aux attentes du public: Les sites officiels sont souvent placés en première position et les sites de téléchargement reconnus sont bien positionnés, même si certains parasites (sites en langue étrangère) viennent s’incruster sans raison dans les premières pages de résultat.

Il est difficile de conseiller aux utilisateurs d’utiliser Google comme moteur de recherche par défaut. Il est par contre chaudement recommandé de faire attention de l’endroit où vous cliquez dans la page, en évitant notamment les annonces lorsqu’il s’agit d’un produit gratuit.

 

 

Comments (2)

  • Mozinet Répondre

    « Vous le savez peut-être, mais Mozilla et Google avaient un accord: Google aidait Mozilla et en contrepartie Firefox avait le moteur de recherche de Google par défaut »

    Donc s’il y a échange commerciale réciproque, ce n’ai pas une aide mais une rémunération.

    « Cet accord rompu, les américains et prochainement les européens vont voir apparaître comme moteur par défaut celui de Yahoo! »

    Vos sources sur ce dernier point m’intéressent. Pouvez-vous me les transmettre

    15 janvier 2015 à 18 h 04 min
  • frederic Répondre

    Je n’avais pas vu que finalement la France et les autres pays européens allait conserver Google par défaut, mais la Chine et la Russie ont changé eux de moteur, Yandex et Baidu respectivement. Le terme d’aide est utilisé parce que Mozilla est une fondation et l’accord qui lie les deux parties tient plus de la publicité que du commerce. Mais vous avez raison, le terme est inexact.

    16 janvier 2015 à 10 h 08 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet