Qu’est ce que Alicem, le programme de reconnaissance faciale du gouvernement français ?

Publié le

Selon le site Bloomberg, la France s’apprête à devenir le premier pays européen à déployer un système de reconnaissance faciale. Intitulé “Alicem”, il permettrait de faciliter l’accès à certains services administratifs.

En phase de test depuis plus de 6 mois, Alicem est le nom donné au dispositif de reconnaissance faciale développé par la France. Développé par le ministère de l’Intérieur et l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), Alicem, qui devrait commencer à apparaître sur certains services au mois de novembre, suscite déjà de nombreuses controverses.

Explication et fonctionnement

Alicem (pour Application en Ligne Certifiée sur Mobile) sera une application disponible sur smartphone qui sera compatible avec plusieurs services administratifs. Si aucune liste officielle ne semble encore disponible, Alicem devrait déjà être déployé pour accéder à ses impôts ainsi qu’à la Caisse d’Allocations Familiales.

L’application vous demandera tout d’abord de scanner un document d’identité officiel. Elle récupérera alors un certain nombre de données avant de vous demander de réaliser un selfie avec votre smartphone. La reconnaissance faciale sera alors activée afin de comparer votre visage à celui du document scanné.

Controverses

Dès les premiers tests de l’application, de nombreuses polémiques et interrogations sont soulevées. La quadrature du net, une association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, dépose en juillet dernier un recours contre le déploiement d’Alicem.

L’association s’est aussi exprimée quant aux conditions d’utilisation d’Alicem qui ne respecteraient pas les normes RGPD. Lors de son déploiement, il sera toujours possible de se connecter à l’aide de ses anciens identifiants. Le ministère de l’intérieur indique cependant sa volonté de passer à l’accès 100% dématérialisé d’ici 2022, ce qui serait une grave violation du consentement d’un utilisateur concernant la disposition de ses données personnelles.

En mai 2019, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et Libertés) avait aussi adressé un message d’inquiétude quant à l’application Alicem. Un texte superbement ignoré par le Gouvernement qui ne procéda à aucune modification de l’application.

Problèmes de sécurité

Un tel système, disposant de données sensibles concernant ses utilisateurs, se doit d’être extrêmement sécurisé. Malheureusement, à l’image de Tchap, la messagerie personnelle de l’Etat hackée en seulement quelques minutes, Alicem semble déjà contenir plusieurs failles de sécurité. 

Robert Baptiste (aussi appelé “Elliot Alderson” en hommage à la série Mr. Robot) est un hacker français connu pour la découverte de plusieurs failles de sécurité dans plusieurs systèmes informatique. Ce dernier travaille depuis plusieurs mois sur l’application Alicem pour laquelle il semble disposer d’un accès anticipé.

Début septembre, il indiquait déjà de nombreuses failles dans le développement de l’application :

Le hacker indique d’ailleurs sur son compte Twitter officiel que l’application n’est pas supposée être disponible à l’heure actuelle mais qu’il est tout à fait possible de la trouver “en cherchant bien”.

De nombreux problèmes de sécurité pour une application faisant polémique avant même son déploiement. Espérons que le Gouvernement parvienne à corriger le tir avant la sortie d’Alicem le mois prochain.

 Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet