Que nous réservent vraiment FIFA 17 et PES 2017 ?

Publié le

Et c’est reparti pour un tour ! Who’s the best ? FIFA ou PES ? Les fanboys s’acharnent déjà sous les articles dédiés aux deux monstres du foot virtuel, plus de trois mois avant leur sortie automnale. Il faut dire qu’ils ont été gâtés lors du fameux salon de l’E3. Konami et EA Sports ont en effet dévoilé les images de leur opus respectif. Avant de vous les détailler, que les choses soient claires, cet article n’a pas pour but de vous faire pencher d’un côté ou de l’autre (même si ma décision est déjà prise). Le débat de la plus grosse armada de nouveautés ou de gadgets esthétiques ne tient plus la route tant il est empreint de subjectivité, toutefois on rigole bien quand les internautes se déchaînent. Il est encore tôt pour faire un choix et pour mettre la main à la poche (FIFA est en précommande), mais ces quelques nouveautés qui ont déjà filtré à l’E3 et en marge de la grande fête du jeu vidéo vous mettront toutefois l’eau à la bouche.

Commençons par FIFA 17

Le jeu règne depuis quelques années relayant ainsi PES au second plan. Il a su se renouveler et proposer des modes de jeux plus immersifs et attractifs (Ultimate Team par exemple). Pour autant, FIFA est loin d’être parfait. L’arbitrage, le système de passe, les collisions de joueurs, leur placement et cetera, nombreux sont les points noirs à subsister. Cette année EA Sports nous promet un tout nouveau jeu et pas une simple mise à jour esthétique. Voici ce que nous réservent les dévs de la franchise.

Un jeu globalement plus difficile

Le réalisme a un prix. Côté graphismes, si on voit débarquer le moteur Frostbite avec des textures plus détaillées,  du côté du gameplay ça s’annonce difficile. Dans le nouveau FIFA vous devrez être beaucoup plus précis et vous aurez surtout plus de paramètres à gérer, notamment en ce qui concerne les coups de pieds arrêtés (coups francs, penalties, corners). En effet il sera nécessaire de réapprendre le penalty. Il faudra gérer la course d’élan du joueur, sa vitesse, la puissance et la direction de la balle.

Pour les corners le joueur verra apparaître une zone à déplacer pour viser la tête ou le pied d’un autre partenaire. Quant aux coups francs vous pourrez déplacer manuellement votre joueur dans un rayon défini pour changer l’angle de frappe et créer votre propre style. Ces quelques changements demanderont très certainement un temps d’adaptation et d’exercice, mais pas de panique, les joueurs auront droit à des tutos.

L’autre grosse difficulté de cet opus proviendra des duels qui promettent d’être beaucoup plus physiques avec une toute nouvelle approche en matière de protection de balle. Cela passe par l’intégration d’une nouvelle touche « physique » qui vous permet de jouir de la puissance de votre joueur en attaque. Ainsi les attaquants pourront répondre de façon correcte aux coups d’épaules des défenseurs. Mais ne vous emballez pas, le coup d’épaule d’un Thiago Silva sur un Neymar aura toujours le même impact.

La construction du jeu sera à favoriser, il sera beaucoup plus difficile de partir en contre seul contre tous même avec un Douglas Costa ou un Gareth Bale.

Quelques corrections bienvenues

Combien de fois avez-vous avorté des actions à cause d’une course complètement illogique de votre attaquant ? L’Intelligence Artificielle est beaucoup plus performante et ce FIFA est censé résoudre le problème des courses aléatoire et on espère, des collisions. Vos attaquants pourront ainsi créer des espaces avec des appels et contre-appels plus efficaces.

Un mode carrière révolutionnaire et Ménès

La grande révolution de cet opus est sans aucun doute, l’arrivée du mode Aventure « The Journey » dans lequel vous incarnez le jeune Alex Turner. Voici d’ailleurs son trailer :

Notez que tout ne pouvait pas être parfait et que vous ne pourrez pas personnaliser votre joueur, ce qui est un peu dommage pour un mode carrière. Mais bon, vous pourrez vous consoler avec l’histoire très immersive et réaliste du jeune Turner et les nouveaux commentaires. Oui, cette année Pierre Ménès remplace Franck Sauzée aux côtés d’Hervé Mathoux.

Et PES 2017 alors ?

Konami promet lui aussi d’améliorer ses graphismes mais le japonais ne changera pas son moteur graphique. Il l’exploitera beaucoup plus avec l’utilisation de nouveaux effets de lumière et de textures pour un rendu plus photo-réaliste. PES 2016 avait d’ailleurs étonné l’ensemble des joueurs (FIFA y compris) par sa qualité graphique.

De nouveaux outils tactiques au menu

Ce PES 2017 met l’accent sur la stratégie avec l’utilisation de trois outils qui vous aideront à peaufiner votre stratégie avant et pendant les matches. Le mode Analyse vous permettra par exemple de voir le style de jeu de votre adversaire avant chaque match. Vous verrez alors s’il s’agit d’un joueur rugueux en défense et s’il choisit de faire des attaques placées ou de partir en contre-attaque.

Vous disposerez également d’un outil statistique pour tous les matches que vous réaliserez entre amis histoire de voir qui est le plus gros tacticien mais aussi qui fait le plus de fautes. L’édition 2017 offre également la possibilité de changer la mentalité de votre équipe au cours du match (offensive ou défensive). Il en est de même pour les stratégies de marquage sur les phases arrêtées.

Enfin, le système Team Role devient plus complet. Le Team Role consiste à donner des rôles à vos joueurs. Parmi ces rôles vous trouverez celui du bad boy ou du héros. Notez que si PES 2016 ne comptait que 10 rôles cet opus en comptera 22 ! Pas mal hein ?

Une vraie vie de club

Cette édition promet une vie de club plus réaliste avec l’arrivée du nouveau système « Scout ». Il vous permet d’acheter des agents pour recruter les joueurs. Plus vos agents seront bons plus vous aurez de chances de voir débarquer de grandes stars dans votre club.  Un peu comme Ibra au PSG ou  Neymar au Barça. Le système de négociation des contrats a quant à lui été repensé pour rendre possibles les options d’achat pendant un prêt.

Le jeu prévoit également un module de développement. Vous vous positionnerez en vrai manager en donnant des exercices spécifiques à vos joueurs afin qu’ils progressent d’eux-mêmes et développent leurs compétences.

Une intelligence artificielle plus coriace

Il faut dire qu’il était assez facile de perforer les lignes défensives dans la dernière version de PES. Cette année les développeurs ont donc décidé de resserrer les boulons en améliorant la défense. Exemple : si vous avez un jeu trop stéréotypé et que vous jouez un peu trop sur le même  joueur (Zlatan en équipe nationale par exemple), les défenseurs adverses renforceront leur système de marquage. Au final, il faudra vraisemblablement privilégier la construction au sol plutôt que les longs ballons.

Les corrections sont bien là

L’arbitrage dans PES 2016 était quand même très permissif. Dans cet opus, vous ne pourrez plus découper votre adversaire en deux sans recevoir de carton rouge. Il faudra donc se montrer plus rigoureux au niveau défensif.

Les développeurs se sont également penchés sur le problème des gardiens de but considérés comme de vraies passoires lentes et mal placées (en plus). Dans cette édition, Konami promet des portiers bien plus performants avec une meilleure gestion et de nouveaux mouvements. Le touché de balle sera également plus réaliste et il faudra donc faire preuve de plus de précision lors de vos passes et contrôles.

En somme, EA Sports et Konami nous promettent de très belles choses. Reste à voir si d’un côté comme de l’autre, les bugs à répétition ne viendront pas gâcher la fête.

 

SUITE DE NOTRE DOSSIER FIFA

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet