Skyline Airways : Vous aussi apprenez à jouer au détective pour déjouer les sites douteux !

Publié le

L’affaire Cyril Hanouna/Skyline Airways bat son plein et réserve encore quelques surprises pour ses protagonistes. Mais maintenant que l’affaire est publique et que les suites judiciaires sont encore inconnues, il est impossible de jauger la part de responsabilité des uns et des autres dans cette affaire. Mais, comme l’ont démontré des internautes et des journalistes, il est à la portée de tous d’estimer, à l’aide de méthodes très simples et de quelques outils accessibles, la confiance à apporter à des sites qui proposent des prestations hors du commun.

Qui se cache derrière le site?

La première vérification à faire lorsque vous vous rendez sur un site est de vérifier les CGU, les mentions légales et vous renseigner sur la société ou les responsables qui doivent être nommés explicitement.

Si l’on prend pour exemple le site http://www.skyline-airways.com/ , qui a l’heure actuelle affiche un simple écran indiquant une maintenance, cette information est justement accessible sur la page dédiée, mais qui n’est pas liée sur la page d’accueil.

Pour retrouver cette page, ouvrez un moteur de recherche et essayez de taper des mots clés du type “Nom de domaine + CGU” ou “Nom de domaine + Mentions légales”.

 

Il se peut que le moteur de recherche ne retourne aucun résultat, ce qui indique soit que ces pages n’existent pas, soit qu’elles ne sont pas indexées par le moteur de recherche (le webmaster décide des pages qui apparaissent dans un moteur de recherche, notamment les plus pertinentes). Pour en avoir le coeur net, vous pouvez lancer une vérification des pages indexées avec l’opérateur de commande “site:”, qui est notamment reconnu par Google:

 

Le moteur va afficher toutes les pages indexées d’un site, et quelque fois vous permettre de trouver des pages “cachées”. Ici, nous n’avons accès qu’aux pages “vitrines”, celles qui permettent de passer une commande n’étant pas visibles.

Maintenant que vous avez trouvé la page des CGV, il reste à trouver les informations sur la société et ses propriétaires.

La “piste” que nous suivons mène à une impasse: La société enregistrée est une SARL domiciliée à Lyon, dans un immeuble de bureaux et la gérante ne remonte dans aucune autre recherche. Les sites comme verif.com ou societe.com se disputent le marché des données sur les sociétés enregistrées, mais permettent d’obtenir des informations utiles même dans la présentation gratuite. Ici, nous pouvons observer un capital qui s’élève à 1€, et une date de création qui remonte au mois de mars de cette année. Des informations qui devraient vous mettre la puce à l’oreille…Mais qui ne nous donne pas tellement plus de grain à moudre.

 

Le Whois révélateur

Lorsque je recherche des informations sur un site, je passe généralement par un service d’identification en ligne, qui me donne le “Whois”, c’est à dire les informations enregistrées auprès du registrar et de l’hébergeur. Généralement, le propriétaire d’un site qui a tout intérêt à jouer la transparence laisse des informations précises sur son identité. D’autres préfèrent anonymiser ces informations, à l’aide de services conçus pour cela.

Heureusement, il y a d’autres méthodes pour obtenir des informations sur le propriétaire d’un site. Par exemple, en utilisant un service de reverse Domain, comme celui-ci (viewdns.info).

On s’aperçoit qu’en 2019, 4 noms de domaine ont été domiciliés sur le serveur qui possède l’IP 82.165.68.136, soit celle de Skyline Airways, en plus d’anciens noms parqués depuis plusieurs années.

Deux sites ne répondent pas (shopivoyages et shopizor), mais le dernier, Zaraya.fr affiche un site de vente de cosmétique en construction. Notez bien le nom de l’agence qui est à l’origine de cette création, nous y reviendrons plus tard…

 

 

Un site récent ou ancien?

Autre indication qui peut s’avérer pertinente dans une recherche, l’antériorité du nom de domaine utilisé, ou de la société. Mais souvent, le site et ses modifications peuvent révéler bien des indices quant à sa légitimité. Utilisez un service comme Wayback Machine pour consulter les archives visuelles d’un site Internet (essayez avec Logitheque, vous allez rire). WM prend des “empreintes” des pages qu’il stocke et ajoute dans un calendrier rétroactif.

Le nom de domaine enregistré affiche bien une activité en 2019, mais également…en 2013!

 

Vous l’aurez compris, le nom de domaine a été racheté et a autrefois hébergé une autre compagnie aérienne…Bon, cela ne veut pas dire grand chose, mais au moins nous en avons le coeur net!

Laisse pas traîner ton nom

“Skyline Airways” sonne comme un nom de compagnie aérienne générique, mais effectuons une recherche dans Google, par exemple sur le nom de la Sarl:

 

 

On remarque qu’un site se démarque des autres, un “everybodywiki” qui recense des informations un peu plus précises sur l’identité des vrais gérants de la SARL (M SQUARATTI Ryan et M DERENNE Zakaria) qui, si l’on effectue une recherche sur leur nom, apparaissent comme étant les responsables de l’agence de communication Ryan & CO, qui partage ses bureaux entre deux villes, et par le plus grand des hasards à la même adresse!

 

Ryan & Co…Mais oui, c’est le nom de l’agence qui est derrière le site de cosmétiques apparu plus haut! Les pistes se rejoignent…

 

De compagnie aérienne à une agence de communication, on peut parler de grand écart pour ces jeunes entrepreneurs qui ont certainement une très grande ambition. Mais comme la valeur n’attend pas le nombre des années, continuons nos recherches sur l’activité de cette agence et essayons de trouver le lien entre la conception de flyers pour une boite de nuit et la gestion d’une compagnie aérienne…

 

Rapidement, nous nous apercevons que rien ne relie ces deux activités, et que la plupart des références et réalisations de l’agence sont fantaisistes. Et à vous d’en tirer les conclusions sur le sérieux de la société…

Encore des doutes?

Lorsque vous avez un doute sur une boutique ou sur un site, ne vous arrêtez pas à votre seule intuition et investiguez. Dans ce cas précis des internautes et journalistes ont utilisé des outils qu’ils maîtrisent et contacté directement les bonnes personnes , mais pour un “particulier” ce n’est pas toujours facile, ni légitime. Ces petites astuces vous permettront de vous familiariser avec l’investigation sur le net et à obtenir plus facilement des informations sur la qualité d’un service.

N’oubliez pas qu’un site qui vend une prestation ou un produit peut facilement encaisser de l’argent mais a beaucoup de mal à se forger une réputation, à inspirer la confiance ou générer des avis positifs autour de lui. N’oubliez pas ses indicateurs lors de vos recherches, même s’il existe des moyens pour brouiller une e-réputation ou parasiter des résultats de recherche. Mais cela fera l’objet d’un autre article!

 

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet