Skype : les conversations en Chine enregistrées avec une sécurité déplorable

Publié le

Un entrepreneur chargé d’écouter et d’enregistrer des conversations Skype en Chine pour le compte de Microsoft admet que les conditions de sécurité étaient quasi inexistantes.

Il y a quelques mois, Microsoft faisait l’actualité en admettant enregistrer et écouter des conversations Skype pourtant privées. L’entreprise s’était défendue en expliquant que les écoutes ne s’effectuaient que par des entrepreneurs externes à la société et que les enregistrements n’étaient pas conservés.

Si ces deux informations semblaient plutôt bancales en matière de sécurité, elles sont aujourd’hui contredites par un des entrepreneurs employé par la société.

Dans un nouvel article du Guardian, l’homme en question explique “qu’il n’y avait quasiment aucune mesure de sécurité dans le processus.”

Pire encore, il semblerait que les sessions d’écoutes de conversations privées étaient prises à la légère. L’entrepreneur explique qu’au départ, s’il s’agissait d’écoutes dans un bureau dédié, ses employeurs lui ont rapidement “autorisé à travailler de chez lui depuis Beijing afin d’écouter des conversations principalement en anglais.” 

L’homme expliquait aussi la nature de ces écoutes ainsi que leur contenu : “j’écoutais toutes sortes de conversations, y compris ce qui ressemblait à des violences conjugales. Cela me semble fou désormais.”

L’employé détaille alors le manque de sécurité dans le processus : “j’avais accès à toutes les conversations depuis mon ordinateur personnel avec un simple pseudo et mot de passe, envoyés en clair à chaque entrepreneur externe.” Des identifiants apparemment simples et avec un mot de passe unique pour l’ensemble des comptes d’employés. Niveau cybersécurité, on a connu mieux.

“Rien que le fait que je puisse d’ores-et-déjà m’exprimer au sujet de tout cela montre à quel point le processus était laxiste en matière de protection des données des utilisateurs.” rajoute l’employé.

Les écoutes pas si privées

En réponse aux précédentes révélations du Guardian et de Vice quant aux écoutes, Microsoft avait annoncé la suspension de ce programme pour Skype et Cortana sur Xbox. L’entreprise s’était défendue en expliquant que ses écoutes restaient toujours en interne et utilisées uniquement pour améliorer les performances des logiciels en question.

Ces révélations eurent lieu en août 2019, à la suite d’une grande vague de révélations sur différents logiciels et appareils qui enregistraient les conversations des utilisateurs. On y retrouvait notamment Google avec ses appareils, Apple avec Siri et Amazon avec son assistant Alexa.

Si l’ensemble des compagnies ont indiqué avoir stoppé ou mis en pause les écoutes, qui sait quels autres programmes ou objets connectés pourraient encore faire de même.

 Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet