Test de Hatch, service de Cloud Gaming…sur Android?

Publié le

Cloud Gaming, Cloud Gaming…Encore un truc de PCistes ça! Disons-le tout de suite, les services de Cloud Gaming ou d’infonuagique ne sont vraiment pas adaptés aux mobiles, faute d’une connexion stable et rapide, d’une application digne de ce nom et de retrouver l’écosystème qui permet de retrouver tout le confort de jeu (le combo clavier+souris ou à la limite le gamepad) auquel nous sommes habitués devant un ordinateur. Mais Hatch pourrait bien réussir à devancer ses concurrents en mettant de côté l’offre des produits sur ordinateurs et autres jeux AAA pour proposer un catalogue 100% natif. Et ainsi tirer son épingle du jeu.

Hatch, fraîchement éclos de l’oeuf

Présenté comme le premier service de Cloud Gaming sur Android, Hatch est une application présentée par Rovio mais distribuée par la société Hatch Entertainment Limited. L’éditeur des Angry Birds s’est vite constitué une équipe pour accélérer le développement du service et proposer, une fois mature, un produit fini ou presque, accessible sans abonnement payant mais financé par un modèle de souscription qui ouvre le catalogue drastiquement. Disponible dans plusieurs pays, l’application est notamment proposée via des partenariats chez différents opérateurs et constructeurs de smartphones, mais l’application est disponible sur le Play Store de Google, encore en phase de Beta test.

Le service est donc accessible et ouvert, mais il demande une connexion stable: Un wifi correct ou la 4G sont au minimum indispensables pour profiter pleinement de l’expérience, mais Hatch a été conçu avec la 5G en tête et cela se sent.

Un catalogue varié mais encore pauvre

Contrairement à Stadia, Hatch dispose d’un catalogue d’une quarantaine de produits gratuits, jouables directement après l’installation de l’application, dont deux titres exclusifs, Arkanoid Rising et Angry Birds Go Turbo Edition. Les autres titres sont répartis en catégories, par exemple la course (Riptide GP, Horizon Chase…), l’Action (Terramorphers, Titan Quest…), le Casual, les Puzzle Games, les RPG, les platformers…Où l’on retrouve des jeux réputés (Crashlands, Cultist Simulator, Evoland, Virtua Tennis) ou moins emblématique (Doodle Mafia ou Emily’s True Love).

Hatch Catalogue

Pour le moment, tous ces jeux sont accessibles directement, sans avoir à payer l’abonnement (aux alentours de 6$) mensuel, mais sans pouvoir profiter des 100 jeux premium annoncés. Ceci dit, les jeux disponibles sont dans l’ensemble assez intéressants et offrent de nombreuses heures de loisir, pour le prix, actuellement, d’un écran publicitaire pendant le chargement.

Le rapide et le lent

Lançons notre premier jeu: Il s’agit d’Arkanoid Rising, titre original développé en collaboration avec Taito et qui reprend la licence iconique des années 80 pour une adaptation semi-casual, qui mélange le casse-brique des origines au puzzle game et au shoot. Les tableaux sont plus faciles à passer mais les meilleurs scores sont atteints en s’appliquant. La 3D remplace les briques colorées et une aide de suivi de balle pallie à l’absence du Paddle des bornes d’arcade. Les bonus sont différents et le multi-ball s’obtient à force de rebonds sur les murs. À part ça, il s’agit sensiblement d’un casse-brique dans la droite lignée des autres Arkanoid et de la myriade de clones engendrés.

Arkanoid Rising

L’expérience de jeu est satisfaisante, quand toutefois il est possible de jouer. Plusieurs fois, après le lancement du jeu, il nous a été impossible d’interagir avec la raquette, ce qui nous a obligé à revenir à l’écran d’accueil pour relancer le service. Mais, sinon, il est jouable comme n’importe quel titre du genre, sans temps de latence observé, ni bugs majeurs. La première impression est donc bonne, même pour un jeu qui ne demande pas énormément de ressources et finalement peu d’interaction.

Passons au titre suivant, This is the Police, et là c’est une autre histoire. Bizarrement, le jeu est très très lent à se charger, les écrans s’enchaînent péniblement et on a l’impression de se retrouver devant un i386 cadencé à 16Mhz de 1990, démuni face à un Wing Commander 2 tout droit sorti de sa boite. Nous observons également des écrans noirs et des transitions très pixellisées, bien que ces ralentissements n’empêchent pas de jouer à ce jeu qui mélange gestion et stratégie. Bref.

This is the Police Hatch

Oui, il faut un minimum de débit, sinon…

Passons à Crashlands qui s’en tire beaucoup mieux niveau réactivité et qui ne souffre d’aucun ralentissement, mais juste de quelques macro-blocs de pixels lors de chargement. Idem pour Titan Quest qui est un peu lent à charger mais qui est fluide et sans latence une fois entré dans la carte principale. Horizon Chase est jouable mais saccadé, ce qui n’est pas franchement l’idéal pour un jeu de voiture qui compte beaucoup sur l’anticipation. Enfin, Space Invaders, dans sa version revue et corrigée, affiche des temps de chargement allongés, par rapport au temps passé à faire exploser les vaisseaux ennemis.

Crashlands sur Hatch

 

Bilan: C’est correct!

Oui, car ici nous n’avons ni besoin de 4K, ni même de HD, mais juste de réactivité et de stabilité. En alternant à la fois le Wifi (2.4Ghz) et la 4G, rien de notable n’a été observé sur la latence ou les temps d’accès, clairement tout se passe au niveau des Data Center de Hatch qui ont besoin d’être renforcés, mais qui envoient pour le moment suffisamment de puissance pour satisfaire l’utilisateur peu exigeant. 

Au delà du jeu

L’expérience s’étend bien au-delà du simple jeu Android, puisque Hatch ce sont aussi des services de streaming (des vidéos sont diffusées en direct et accessibles depuis la home de l’application), ainsi que du multijoueur et des compétitions récompensées sur certains jeux. Arkanoid Rising offre un mode multi natif, tout comme Angry Birds Go, deux jeux qui bénéficient du matchmaking de Hatch, encore lent pour le moment mais qui souffre du nombre encore restreint de joueurs.

Hatch Kids est un service annexe ouvert aux Premium qui ajoute des titres pour les enfants, mais que nous n’avons pas pu tester, de même que le service Play on TV qui permet de caster l’écran sur une TV. Au pire, un android TV ou un émulateur PC permettra de profiter du catalogue sur un grand écran, mais nous ne l’avons pas encore essayé, et ne pouvons assurer la faisabilité de l’opération.

Comparatif offres Hatch

 

Game, Set and Hatch

Que penser de Hatch, bien qu’il soit en accès anticipé et encore en proie à quelques défaillances techniques? Eh bien nous avons été agréablement surpris, parce que sans concurrent direct et sans l’ombre de la souscription au Google Play Pass qui arrivera bientôt, Hatch est clairement le seul et donc le meilleur service de Cloud Gaming sur mobile. Reste à savoir comment le service survivra après l’arrivée de Google et son catalogue de 350 jeux et applications, et s’il pourra, ce qui nous semble être la seule solution, étendre son catalogue à des jeux exclusifs, voire des AAA qui justifieraient à eux seuls l’abonnement. Autre problème majeur à régler, il faut disposer d’une connexion stable et rapide, certes, mais aussi que Rovio ouvre des Data centers supplémentaires pour offrir une qualité optimale. 

Les points forts:

-Catalogue de jeux payants accessibles gratuitement

-Deux exclusivités plutôt sympathiques

-Des jeux variés

-Multijoueur et compétitions

Les points faibles:

-Des ralentissements sur certains titres

-Des concurrents pas encore au point mais qui arrivent très vite

-L’intérêt du Cloud Gaming c’est de jouer sur de petites config à de gros titres, mais où sont-ils?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet