Voici pourquoi il manque certaines descriptions sur les pages de résultats de recherche de Google

Publié le

Vous l’avez peut-être remarqué, mais depuis ce matin, lorsque vous effectuez une recherche sur Google, certains résultats apparaissent comme vide. Seul le titre apparaît, sans autre contenu, et là où auparavant se tenait une description de la page, ne reste que du vide. Mais s’agit-il d’un bug ou de l’expression d’une demande souhaitée par le géant de Mountain View?

Les snippets de la discorde

Nous sommes les 24 Octobre 2019 et comme annoncé, Google a appliqué une nouvelle règle concernant l’affichage de ses Pages de Résultats de Recherche (les SERP): Dorénavant, les sites qui sont enregistrés comme éditeurs de presse Européens auprès de la firme devront se plier aux nouveaux paramètres d’affichage des descriptions (appelons les “snippets”) s’ils souhaitent que celles-ci apparaissent. S’ils ont oublié de le faire, s’ils refusent catégoriquement cette règle ou s’ils attendent de voir le comportement des utilisateurs, les sites concernés ne verront plus leur description de page dans les SERP, comme par exemple:

 

Topsante.com

 

Le Huffington Post

Le site Eurosport.fr

Ou offremedia.com

 

En cause, l’application de la loi sur les droits voisins, que contourne Google à sa façon:

Cette loi est la première transposition de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui fut adoptée il y a quelques mois. Suite à cela, nous allons procéder à des changements dans la manière dont les résultats d’actualités apparaîtront dans notre moteur de recherche. Si vous êtes en France, vous verrez que certains résultats apparaîtront différemment.” Dixit Google sur son blog.

Une décision qui n’a pas manqué de faire réagir les principaux acteurs de la presse nationale.

Après coup.

Googlexit? Pas encore

Si certains éditeurs ont pris leur plus belle plume pour contester cette décision et réclamer au passage que Google ouvre son portefeuille, d’autres sites, notamment la presse spécialisée, ont rappelé le caractère principal du moteur de recherche d’être…Un moteur de recherche, qui aidait les médias à générer du trafic à travers ses pages et qui n’avait pas vocation à pomper leurs contenus ou rémunérer directement tous les sites référencés comme éditeurs de presse Européens.

Si certains acteurs ont décidé de ne pas se plier aux demandes du géant américain, la majorité a préféré se plier aux nouvelles règles et appliquer le “soft opt-in” qui consiste à ajouter quelques lignes de code sur chaque page.

Notez que Logitheque.com est considéré comme éditeur de presse européen et à ce titre, voit ses contenus repris dans les SERP, mais aussi sur Google News et le fil de curation Discover. Nous n’avons jamais été contacté par une quelconque “alliance des éditeurs de presse européen”, ni nous sentons faire partie de la grande famille des médias français, unie face au rouleau compresseur des GAFA. Le front commun qui s’est mis en place, bien tardivement, et qui concerne surtout les médias subventionnés affiche surtout la dépendance de ces acteurs, qui peinent pour la plupart à trouver un modèle économique satisfaisant. Les médias indépendants, quant à eux, se battent pour trouver des solutions pour se maintenir à l’équilibre voire même dégager des bénéfices qui leur permettrait d’investir.

Une situation à laquelle Google ne peut rien, si ce n’est influencer les clics des visiteurs sur ses pages de recherche. Mais ça c’est un autre métier.

 

Crédit Image d’illustration CC By 4.0: ( ESO )

Le disque d’accrétion du trou noir M87* imagé par l’Event Horizon Telescope.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet