Ces logiciels qui protègent la vie privée sont gratuits mais ont un prix…

Publié le

La fondation pour la liberté de la presse est un organisme à but non lucratif qui aide les journalistes du monde entier ainsi que leurs sources à se protéger contre les intrusions gouvernementales, criminelles ou espionnes qui pourraient compromettre la sécurité des individus. Elle met en avant dans ses pages une liste de logiciels permettant de protéger la vie privée et l’anonymat, logiciels que vous pouvez également utiliser, dans une certaine mesure, pour une utilisation domestique.

La liberté de la presse est, comme écrite dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen:

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

Si ce droit s’exerce librement en France et dans la plupart des pays du monde, beaucoup de journalistes se voient chaque jour menacés, de même que leur entourage et sources potentielles. Le “Whistleblowing” est devenue, avec l’avénement des nouveaux modes de communication, une activité soutenue, à la fois par des activistes engagés ou des citoyens responsables (et aussi, avouons-le, par des illuminés au chapeau en papier alu). Et leurs acteurs les plus exposés (Assange, Snowden…) sont devenus des stars médiatiques, controversées certes, mais emblématiques d’une société qui peut dorénavant utiliser les transmissions télématiques pour exposer des scandales d’Etat, dénoncer des activités criminelles ou simplement apporter des éclairages nouveaux sur certains dossiers.

Voici donc ces quelques logiciels, gratuits, Open Source, qui sont disponibles pour tous mais qui ont besoin de contribution pour continuer d’exister.

TOR

On ne présente quasiment plus TOR, qui est un réseau de tunnels virtuels dans lesquels il est possible de se connecter à des milliers de sites sans craindre la surveillance ou les attaques. C’est également un outil de communication, et une plateforme complète qui permet de créer des pages qu’il est impossible de localiser. Si bien entendu cet espace de liberté est envahi de mauvaises herbes, c’est également et surtout le lieu de rendez-vous des activistes qui peuvent ainsi continuer leur action quotidienne d’information.

TAILS

Le projet Tails est quant à lui un système d’exploitation portable, Un Linux basé sur Debian et sous interface GNOME condensant tous les outils d’anonymat (TOR pour la navigation web, outils de cryptographie, claviers virtuels…) disponibles. Entièrement portable, il s’installe sur CD, clé usb ou carte SD et ne conserve aucune trace d’utilisation, sauf celles que l’on laisse sciemment.

Bitmask

Ce Proxy VPN est disponible sous Linux mais aussi et surtout sous Android. En vous connectant via Bitmask, vous masquez votre présence et pouvez ainsi communiquer sans craindre d’être espionné. Si de nombreux VPN existent toutes plateformes confondues, Bitmask se distingue puisque c’est l’oeuvre de la LEAP, un projet d’accès aux outils d’anonymat, dont un Proxy donc, mais aussi un client mail crypté, un service de chat et quelques autres en préparation.

Cryptocat

Derrière ce nom rigolo se cache un client de Communication crypté qui permet de communiquer avec ses contacts de manière sécurisée. Il est très simple d’utilisation puisqu’il s’intègre directement dans le navigateur, dans Facebook Messenger ou sur iPhone. Une version Mac est également disponible.

GNUPG

Question cryptographie, le fameux GnuPG s’impose comme un nouveau standard. Réservé aux utilisateurs les plus suspicieux, il est multi-plateforme (à quelques exceptions près) et s’utilise en ligne de commande, à moins de lui associer un frontend qui facilitera les choses pour les non initiés.

Site de la fondation pour la liberté de la presse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles sur le même sujet