AppKiller v1.0.2

  • Mise à jour le 27/05/18
  • Note :
     

Grâce à son utilisation en mode ligne de commande, AppKiller est destiné à faciliter la vie des utilisateurs dans certains cas :

  • utilisation de softs qui plantent régulièrement : plutôt que d’être obligé de passer par le gestionnaire de tâches pour tuer les applications/processus en cause, AppKiller peut œuvrer grâce à un raccourci.
  • besoin de fermer une appli de façon cyclique (quelque soit la raison) ? AppKiller pourra être appelé par le planificateur de tâches pour fermer le logiciel en question.

Pour répondre aux différents besoins, il est possible de désigner la “cible” d’AppKiller soit par le titre de sa fenêtre, soit par le nom de son exécutable grâce à une syntaxe très simple.

Syntaxe : appkiller [/t:titre_fenêtre | /n:nom_exécutable]

Exemples :

  • appkiller /t:calculatrice
  • appkiller /n:notepad.exe

Attention : qu’il s’agisse du titre de la fenêtre ou du nom de l’exécutable, la saisie doit correspondre exactement (hormis la casse qui n’est pas significative) : il n’est pas possible d’utiliser des “jokers” pour remplacer un ou plusieurs caractères.

A noter qu’aucun message n’est affiché à l’utilisateur pour lui indiquer si l’opération s’est correctement déroulée ou non…

Capture d'écran AppKiller v1.0.2
[rwp_box id="-1" template="rwp_template_5cfa8288a04e8"]